Foot - BRE - Racisme - Un tribunal réduit la sanction d'un club brésilien dans une affaire de racisme

·1 min de lecture

Un tribunal brésilien a donné raison jeudi à Brusque (D2 brésilienne) qui avait fait appel de sa sanction après les propos racistes tenus par son président en début de saison. Sa sanction a été réduite. C'est une décision qui pourrait faire date. Jeudi, un tribunal brésilien a fait marche arrière dans une affaire de racisme. Sanctionné d'un retrait de trois points après les propos tenus par son président à l'encontre d'un joueur adverse, en début de saison lors du match nul face à Londrina (0-0), en D2 brésilienne, le club de Brusque les a récupérés avoir gagné son procès en appel. « Aller se faire couper sa ruche d'abeilles de coiffure » Le club, actuel 17e de Serie B, avait été sanctionné après qu'Antonio Petermann, son président, avait ordonné à Celsinho « d'aller se faire couper sa ruche d'abeilles de coiffure », le 28 août lors d'un match à huis clos en raison des mesures sanitaires en vigueur en début de saison pour lutter contre le Covid-19. Après avoir reconnu avoir tenu ces propos, le dirigeant avait présenté ses excuses puis démissionné de son poste. Ce qui n'avait pas empêché son club de faire appel de sa sanction. Après plusieurs mois d'enquête, le tribunal a fini par lui donner raison en atténuant la sanction. Si l'amende et la suspension de Petermann ont été maintenues, Brusque récupère ses points et devra à la place disputer l'un de ses prochains matches sur terrain neutre.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles