Foot - C.Ligue - Quand la finale de la Coupe de la Ligue pèse sur la fin de saison

L'Equipe.fr

Depuis l''échec du PSG à Barcelone en C1 et puisque Monaco tient bon en Championnat, il se dit de plus en plus que la finale de la Coupe de la Ligue influencera la fin de saison - parisienne surtout. Cette compétition a-t-elle vraiment une incidence sur la dynamique d'un club ? Nous avons fouillé le passé.Ils ont entretenu la dynamiqueUn mythe entoure la Coupe de la Ligue : le succès en finale aurait été l'acte fondateur de la conquête du titre pour Bordeaux, en 2009, et Marseille, l'année suivante...2015 - L'OM de Bielsa mais surtout Lyon ennuient le PSG : après 31 journées, Paris n'a qu'un point d'avance sur l'OL, qu'il vient de dépasser au classement. Mais lorsqu'il aborde la finale de la Coupe de la Ligue, il reste sur trois victoires toutes compétitions confondues. Le succès écrasant contre Bastia (4-0) confirme. Si le PSG est éliminé en quart de la C1 par le Barça, il enchaîne sept victoires en Championnat. Intouchable.Le PSG, roi des Coupes2010 - Pour l'OM de Didier Deschamps, ce trophée a sans doute eu un rôle plus important. Avant la finale, les Marseillais ne sont encore que 4e à trois points de Bordeaux. Et s'ils viennent de battre Lyon en Ligue 1, leur mois de mars avait été ponctué de deux nuls et d'une élimination en Ligue Europa. La victoire contre Bordeaux en finale (3-1) offre aux Olympiens un premier titre depuis la C1 en 1993 et va les libérer : l'OM file vers le titre de champion avec huit succès, un nul et une défaite sur ses dix derniers matches de Championnat.2009 - Avant de faire exploser Vannes au Stade de France (4-0), les Girondins restaient sur cinq succès d'affilée en Ligue 1, qui leur avaient permis de revenir à deux points de l'OM, alors leader. La victoire en Coupe de la Ligue conforte une équipe qui se sent invincible et le sera jusqu'à la fin du championnat, signant ensuite six victoires pour aller jusqu'au titre.2008 – Le PSG et Lens sont respectivement 18e et 17e lorsqu'ils s'affrontent au Stade de France. En spécialiste des Coupes, Paris s'impose et, dans la foulée, gagne un match crucial contre Strasbourg, adversaire dans la course au maintien. Les Parisiens finissent la saison en prenant 11 points en huit journées, suffisant pour se sauver.Ils n'en ont pas profité2011 - L'OM aurait volontiers vécu le même scénario. Lorsqu'il aborde la finale 2011, il reste sur quatre victoires et un nul en Ligue 1, est 2e à un point de Lille. Il conserve sa coupe en battant Montpellier et, dans la foulée, prend la tête du Championnat. Las, il ne prendra que sept points en six matches pour finir, échouant à huit points du Losc.1996 – Metz peut encore vivre une fin de saison superbe. Quatrième de Ligue 1 à trois points du leader Auxerre, il arrive en finale sur la lancée de deux victoires. Si les Lorrains l'emportent, ils ne feront pas fructifier ce succès : sept points pris seulement en six matches pour suivre et une 4e place au final.Ils ont accusé le coup2012 – Lyon est sur une belle dynamique avant la finale : il vient de remonter de la 7e à la 4e place en cinq journées et a grignoté un point sur Lille, 3e. Mais l'OL échoue contre l'OM au Stade de France et, derrière, s'effondre à Toulouse en Ligue 1 (3-0). Dans le même temps, les Dogues gagnent et même si Lyon finira correctement (11 points en six matches), le podium est envolé. Les Gones se consoleront avec la Coupe de France, contre Quevilly.2010 – Bordeaux peine depuis janvier, alors qu'il avait huit points d'avance à la trêve. La défaite en Coupe de la Ligue va contribuer à l'enfoncer : éliminés par Lyon en C1, les Girondins, encore leaders avant la finale, perdent pied. Avec cinq défaites et un nul, il finissent 6es de Ligue 1.2008 – Un succès aurait pu relancer Lens, 17e après cinq matches sans succès avant la finale. La défaite va lui maintenir la tête sous l'eau. Les Sang et Or prendront 7 points sur les huit matches suivant leur revers face à Paris et seront relégués.Ils ont fini en roue libreVu les enjeux de la fin de saison pour Paris et Monaco, il y peu de chances que l'un ou l'autre termine en trottinant. D'autres, certaines années, se sont un peu laissées vivre. Citons entre autres Strasbourg (vainqueur 1997), 5e avant la finale, qui finit 9e de Ligue 1 avec sept points en six matches après la finale ; Sochaux (vainqueur 2004), 4e à six points du podium qui termine 5 à 12 longueurs après quatre revers et deux succès ; Rennes (finaliste 2013) achève sa saison avec quatre points en six matches (mais n'avait gagné aucune des huit rencontres avant la finale).

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages