Foot - C. Ligue - Les tops-flops de Reims - Montpellier : Predrag Rajkovic impeccable, Petar Skuletic inexistant

L'Equipe.fr
L’Equipe

Reims a profité d'un nouveau sans-faute de son gardien Predrag Rajkovic pour dominer Montpellier en huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue (1-0). Petar Skuletic n'a, lui, pas pesé sur les débats. Grâce à une belle détente, le gardien de Reims a sorti un tir croisé de Mollet qui prenait le chemin du but (34e). Il a préféré ses poings pour détourner un corner ou s'est imposé pour épauler son équipe dans le domaine aérien. Vigilant sur une belle reprise excentrée de Savanier (69e) ou une tête en retrait involontaire d'Abdelhamid (85e). Un arrêt important sur coup franc de Delort (90e + 2). Le film de Reims - Montpellier Un placement impeccable et des interceptions à la pelle, au pied ou de la tête où son timing n'a pas connu l'erreur. Le défenseur brésilien était dans tous les bons coups défensifs, concentré et très efficace sur ses relances, propres et précises. Il place une bonne tête décroisée qui frôle le poteau droit de Rajkovic (34e).
Il a amené du jus et du dynamisme dans une équipe qui en manquait. Son activité côté droit n'a pas été neutre. Elle a ouvert des espaces et provoqué des fautes. Il transforme le penalty obtenu par Donis en prenant à contre-pied Bertaud (1-0, 78e). Et il sollicite à nouveau le gardien de Montpellier (82e). Reims élimine Monptellier en 8es de finale de la Coupe de la Ligue Il n'a pas existé et a perdu presque tous ses duels dans l'axe. Peu de poids dans le domaine aérien et peu remises dos au but pour aider ses partenaires à faire remonter le bloc. On ne l'a pas non plus trouvé dans la profondeur. Il a bien tenté quelques accélérations suivies de dribbles, notamment en tout début de deuxième période, quand il évoluait à droite, avant son remplacement (61e). Mais son bilan offensif est un peu insuffisant, hormis une tête non cadrée, au premier poteau, qui était une bonne initiative (16e). Calendrier et résultats de la Coupe de la Ligue Replacé dans l'axe en deuxième période, il n'a pas fait mieux qu'en première où le terrain gras, au point d'être difficile praticable, lui a fait commettre de nombreuses fautes techniques et où il s'est entêté à provoquer à gauche, sans succès. Il a trouvé les interstices à onze contre dix ou son accélération a percé une fois le bloc montpelliérain (73e).

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi