Foot - C1 - Antoine Griezmann est-il en train de se « beckhamiser» ?

L'Equipe.fr

Fan de David Beckham, Antoine Griezmann s'inspire clairement de l'ancien joueur anglais. Jusqu'à quel point suivra-t-il son modèle ?Les contrats pubs : sur la bonne voieDepuis début mars, le Français est la tête de gondole des shampoings Head & Shoulders. Un énième contrat de sponsoring après ceux qui le lient à Puma, les casques Beat Electronics, les téléphones Huawei ou encore Gillette. En parlant de rasoir, un certain David Beckham apparaissait dans toute sa splendeur glabre dans un spot noir et blanc de la marque douze ans plus tôt. Le British, signé lui chez Adidas, s'est imposé au fil des ans comme un modèle en matière de sponsoring, multipliant les associations plutôt bien pensées (Vodafone pour conquérir l'Asie, H&M pour le côté boy next door) et n'hésitant pas à profiter de l'image tout aussi bankable de sa compagne (une campagne noir et blanc en sous-vêtement Armani avec Victoria). On imagine toutefois moins Grizi en slip avec Erika en quatre par trois dans le métro parisien. «Il est Monsieur tout le monde, on veut le laisser dans ce costume, expliquait son conseiller marketing Sébastien Bellencontre dans France Football. On ne veut pas tomber dans le cliché de la voiture ou de la montre de luxe. »Taux de beckhamisation : 65% La coiffure : le serre-tête, c'est si chouetteQuand on a vu ses cheveux pousser cet été, on a commencé à se poser des questions. Maintenant qu'Antoine Griezmann porte le serre-tête et la nuque de plus en plus longue, on comprend mieux : une nouvelle filiation avec David Beckham, qui a arboré ce look lors de la saison 2002-2003 avec MU, puis en 2005-2006 à Madrid. Quand Voici lui a récemment demandé quelles coupes de cheveux l'ont marqué, Grizi a d'ailleurs répondu dans un cri du coeur : « toutes celles de David Beckham !» A prévoir donc du côté de Madrid bientôt : les petites tresses africaines et le jour où le Français en aura marre, la boule à zéro.Taux de beckhamisation : 80% (il a les cheveux un peu moins raides)Les tatouages : merci DavidInterrogé par l'hebdomadaire Gala en mars dernier sur ses tatouages, Antoine Griezmann a été clair : «A 18 ans. c'est David Beck­ham qui m'a donné envie de me lancer. Je trou­vais ses tatouages super sur lui, j'ai passé un an à me renseigner avant de sauter le pas puis je me suis lancé. »Taux de beckhamisation : 100%La compagne : Plus discrète que VictoriaIls se sont rencontrés alors qu'il était à la Real Sociedad, à 19 ans, et ne se sont plus quittés depuis. Avec Erika Choperena, Antoine Griezmann mène une vie de famille paisible et discrète. Sa compagne a bien tenu un blog mode en son temps, Siempre Cordialmente Erika, mais elle l'a rapidement fermé : «Elle est très effacée, avec la même vision du monde que lui. Ce n'est pas un couple m'as-tu vu», expliquait Maud, la sœur de l'international français, dans les colonnes de France Football en décembre dernier. Pas grand-chose en commun, sur ce point, avec un David Beckham qui a rencontré une Spice Girl au faite de sa gloire dans une loge de Stamford Bridge, et qui a partagé l'affiche avec son épouse devenue depuis un grand nom du prêt-à-porter mondial. Entre la photo de blog et la une de Vogue qu'a décrochée « Posh », il y a un monde.Taux de beckhamisation : 15% (pour la passion de la mode). Le numéro : sept et c'est toutOn lui aurait volonté collé un numéro 11 dans le dos, mais Antoine Griezmann exige le 7 comme son idole mancunienne. Autre particularité empruntée à l'ancien international anglais, précurseur en la matière : les maillots à manches longues, été comme hiver.Taux de beckhamisation : 100%Les clubs : des envies de RealQuand on évoque les futurs clubs qui pourraient accueillir d'ici une saison ou deux l'attaquant de l'Atlético de Madrid, deux noms reviennent avec insistance : en premier, celui du Real Madrid, Antoine Griezmann n'ayant jamais caché un penchant pour la formation merengue («Entre le Barça et Le Real, je suis plus pour le Real», avait-il confié sur les ondes de la Cadena Cope alors qu'il évoluait à la Real Sociedad). En second, Manchester United. Comme par hasard les deux clubs les plus importants dans la carrière de David Beckham. D'ailleurs, quand l'international français a été interrogé sur sa fin de carrière dans FF, il a été clair : « J'adore les States. Je me vois déjà là-bas. Je ne sais pas encore la ville mais pourquoi pas dans la franchise de Beckham à Miami. Jouer sous les ordres de Beckham, ce serait le top. »Taux de beckhamisation : 25% (il faut voir si les paroles seront suivies par des actes).

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages