Foot - C1 - Deux supporters de Bruges incarcérés après l'agression d'un fan belge de Manchester City

·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Cinq supporters du FC Bruges ont été inculpés et deux d'entre eux incarcérés jeudi par la justice belge après la violente agression d'un fan belge de Manchester City, mardi soir. Le parquet de Gand a annoncé ce jeudi l'inculpation de cinq supporters du FC Bruges et l'incarcération de deux d'entre eux dans le cadre de l'enquête sur la violente agression dont a été victime un fan belge de Manchester City, en marge de la rencontre de Ligue des champions entre les deux clubs. L'agression s'est produite sur une aire d'autoroute située près de Gand, après la rencontre qui s'est soldée par une lourde défaite des Brugeois à domicile (5-1). Guido De Pauw, un Belge de 63 ans, a été violemment frappé à la suite d'une altercation entre supporters. Deux jours après les faits, le parquet précise qu'il « est toujours dans le coma mais son état est désormais stable. » Cinq suspects, quatre hommes dans la vingtaine et un quadragénaire, ont été rapidement interpellés. Ils ont été présentés jeudi à un juge d'instruction qui les a tous inculpés pour « négligence coupable », l'équivalent de la non-assistance à personne en danger. Trois supporters évitent l'incarcération Deux d'entre eux font face à des charges plus lourdes, l'un étant suspecté aussi de « vol avec violence aggravée », l'autre de « coups et blessures volontaires », a souligné la justice belge jeudi soir. Les trois hommes jugés moins directement responsables évitent l'incarcération. Mais leur remise en liberté est assortie de conditions strictes, à savoir l'interdiction d'assister à des matches de football et de fréquenter des clubs ou cafés de supporters.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles