Foot - C1 - Dortmund - Attaque de Dortmund : le parquet examine une nouvelle revendication

L'Equipe.fr
Les autorités allemandes ont indiqué samedi examiner une troisième revendication, quatre jours après l'attentat contre le bus du Borussia Dortmund qui a blessé un policier et Marc Bartra.

Les autorités allemandes ont indiqué samedi examiner une troisième revendication, quatre jours après l'attentat contre le bus du Borussia Dortmund qui a blessé un policier et Marc Bartra. Le brouillard s'épaissit autour de l'attaque de Dortmund. Quatre jours après la triple explosion sur le passage du bus de l'équipe du Borussia, mardi avant le match contre Monaco en Ligue des champions, qui a blessé le défenseur Marc Bartra et un policier d'escorte - et conduit au report du match au mercredi -, les autorités allemandes croulent sous les revendications. Elles ont indiqué samedi en examiner une troisième, reçue par le journal Tagesspiegel et émanant apparemment de cercles d'extrême droite hostiles au multiculturalisme.Le Borussia a envisagé de déclarer forfaitCette lettre de revendication, qui menace en outre d'une autre attaque, est en cours d'examen et les enquêteurs sont incapables à ce stade d'en fournir une «évaluation», a expliqué un porte-parole du parquet, samedi. Selon le ministre de l'Intérieur de la région de Dortmund, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Ralf Jäger, toutes les pistes restent ouvertes : «Il peut s'agir d'extrémistes de gauche, d'extrémistes de droite, de fans violents ou d'islamistes.»Le principal suspect hors de cause La police s'est d'abord orientée vers la piste islamiste après la découverte sur les lieux de l'attaque d'une lettre en trois exemplaires rédigée «au nom d'Allah» et appelant l'Allemagne à cesser de participer avec ses avions Tornado à la coalition internationale antijihadiste en Syrie. Mais l'authenticité de cette lettre n'est pas avérée. Et aucun élément ne permettrait d'incriminer jusqu'à présent le principal suspect de l'attentat, un Irakien de 26 ans interpellé mercredi, placé en détention provisoire jeudi soir mais pour appartenance à Daesh. L'authenticité d'une deuxième revendication, venant apparemment de l'extrême gauche, mercredi, a rapidement été mise en cause par les enquêteurs.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages