Foot - C1 (F) - Barrages - Bordeaux rate l'exploit en barrages contre Wolfsburg et ne jouera donc pas la Ligue des champions

·4 min de lecture

Les Bordelaises sont passées près du rêve ce mercredi, mais elles ont fini par craquer aux tirs au but contre Wolfsburg, ogre européen, en barrages de la Ligue des champions (2-3, 3-2 a.p., 0-3 t.a.b.) Elles ne disputeront donc pas la phase finale de la compétition. Le match : 3-2 a.p., 0-3 t.a.b. Elles ont failli renverser une montagne, mais leur coeur énorme n'a pas suffi. Opposées à Wolfsburg, double champion d'Europe (2013 et 2014) et cinq fois finaliste (la dernière en 2020), les Bordelaises n'ont pas pu passer le cap des barrages, et ne verront donc pas la phase finale de la Ligue des champions. Battues en Allemagne à l'aller (2-3), elles sont pourtant allées au bout de la folie dans un match à rebondissements au stade Jean-Antoine Moueix de Libourne, plein comme un oeuf (2500 spectateurs).

Après avoir concédé l'ouverture du score, les Girondines ont mené 2-1 pour arracher la prolongation (de quoi regretter la fin de la règle du but à l'extérieur). Elles ont à nouveau craqué devant le talent d'Ewa Pajor, auteure d'un doublé, mais la jeune Mickaëlla Cardia a arraché les tirs au but à une minute de la fin (3-2). Une séance cauchemardesque, où Périsset et Bilbault ont buté sur Schult, avant que Folkertsma ne trouve le poteau. lire aussi Le film de Bordeaux-Wolfsburg Une première période timide Comme tétanisées par l'enjeu, les Bordelaises ont eu d'énormes difficultés à se défaire du pressing allemand en première période. Le 3-5-2 inattendu mis en place par Patrice Lair, avec Eve Périsset dans l'axe de la défense à trois, a mis du temps à s'équilibrer. C'est pourtant Bordeaux qui s'est procuré la première occasion franche, quand l'inévitable Katja Snoeijs s'est retournée pour chercher la lucarne de Schult, présente pour détourner en corner (11e). Proches de la rupture sur plusieurs actions (15e, 16e, 18e), les Girondines auraient aussi dû bénéficier d'un penalty pour une main d'Oberdorf sur une tête de Gilles, que l'arbitre espagnole María Dolores Martinez Madrona n'a pas vue (20e).

Cinq minutes après, Wolfsburg ouvrait le score sur une énorme erreur de la gardienne bordelaise Anna Moorhouse, suite à une passe en retrait anodine de Périsset, qui a profité à Ewa Pajor (25e). Poussées par près de 200 ultras, les Bordelaises ont toutefois pu revenir, avec un brin de chance également, quand leur buteuse Katja Snoeijs a profité d'une mésentente entre Janssen et Schult pour marquer un but de renard (36e). Dans une joie rageuse, elle a couru vers sa passeuse décisive, Maëlle Garbino, qui venait de sortir du banc après la blessure d'Ella Palis (genou). Le nul à la pause était plutôt flatteur pour les Girondines, toujours en vie pour l'exploit, et sorties des vestiaires avec un regain d'agressivité. lire aussi Les barrages de la Ligue des champions féminine Sisca Folkertsma devant le but vide (47e), puis Snoeijs (49e) ont illustré cet appétit. C'est finalement Melissa Gomes, entrée à la place d'une Claire Lavogez trop nerveuse à la pause, qui a mis le stade en fusion. Sur un centre de Vanessa Gilles, dévié en aile de pigeon par l'excellente Folkertsma, la recrue a armé une frappe aussi soudaine que sublime des 20 mètres (66e). À 2-1, la fin de match est devenue électrique, alors qu'un but d'un côté ou de l'autre pouvait être décisif. La barre a notamment sauvé Bordeaux sur une tentative de Pajor (90e+3). Cette dernière, intenable, n'a pas raté le cadre durant la prolongation (102e), et on pensait Bordeaux assommé définitivement. C'était sans compter sur le culot de Mickaëlla Cardia, déjà buteuse à l'aller, qui a arraché la séance de tirs au but d'une frappe immense (119e). Mais la soirée magique s'est arrêtée ici pour les Girondines. Le fait : Lair change de gardienne en plein match Réputé pour son management sans concession, très brut, Patrice Lair a pris une décision rarissime : sortir sa gardienne à la mi-temps. Anna Moorhouse, auteur d'une grosse boulette pour offrir l'ouverture du score à Wolfsburg, a vu sa doublure Mylène Chavas partir à l'échauffement peu avant la pause. La gardienne anglaise venait de rater une nouvelle sortie sur un coup franc de Huth et de frôler une nouvelle erreur fatale (39e). Fou de rage, Lair est allé au bout de son idée en envoyant Chavas s'échauffer pour de bon durant la mi-temps. Moorhouse, prévenue de sa sortie par l'entraîneur des gardiennes Damien Lopez, a regagné le vestiaire écoeurée. Chavas, elle, a réussi son entrée, avec notamment un duel gagné contre Pajor (51e), une sortie de la tête à 40 mètres de son but (55e) ou un arrêt important devant Huth (101e). Mais elle ne peut rien sur le but de Pajor (102e), et n'a pas pu être efficace durant la séance de tirs au but. lire aussi L'OL se qualifie pour la phase de groupes de la Ligue des champions féminine après avoir éliminé Levante

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles