Foot - C1 (F) - PSG - Didier Ollé-Nicolle (PSG) après la victoire contre le Real Madrid : « C'est un soulagement »

·3 min de lecture

Didier Ollé-Nicolle, l'entraîneur du PSG, a salué la remobilisation de ses joueuses lors de la victoire face au Real Madrid (2-0), jeudi en Ligue des champions. « Comment jugez-vous la prestation de votre équipe ?
On a fait un match sérieux, avec deux périodes différentes. On a eu une entame compliquée, lors des quinze-vingt premières minutes. Ça n'a pas été simple. Il y a eu une bonne équipe du Real Madrid en termes de possession et qui, on le savait, a voulu nous mettre sous pression et nous pousser dans nos retranchements après les derniers événements et notre défaite à Lyon. Il y avait de la crispation chez les joueuses. On a eu du mal à mettre du rythme et à imposer le bon tempo. Il y avait une ou deux touches de trop. Notre milieu a ensuite pris ses marques et on a revu un bon PSG ? qui a fini plus fort que les Madrilènes et a logiquement gagné. « Dès que la nervosité a quitté nos pieds, on a revu des choses intéressantes » Cette victoire est un soulagement par rapport à tout ce qui s'est passé dernièrement ?
Bien sûr que c'est un soulagement. Quand on perd un match, une équipe ambitieuse ne reperd pas derrière. Il y avait toujours le petit doute de la digestion du match de Lyon et de tout ce qui l'a entouré. J'ai senti les joueuses très concentrées et concernées. On a beaucoup travaillé la vidéo et tout ce qu'on a loupé contre Lyon. Et aujourd'hui (jeudi) on est parti sur du positif, en revoyant tout ce qu'on avait bien réussi à l'aller contre le Real. Dès que la nervosité a quitté nos pieds, on a revu des choses intéressantes. Même si on a fait beaucoup mieux sur le plan du jeu et de l'animation. lire aussi Les tops-flops de Real Madrid-PSG : Katoto ouvre la voie Quel a été votre discours pour remobiliser votre groupe ?
Il a été simple. Ça a été une double peine pour les filles. On connaît tous la situation, je ne vais pas revenir dessus et il y a eu derrière une défaite très lourde en plus (1-6 à Lyon). C'est une équipe qui n'a pas l'habitude de perdre et qui était meurtrie par cette défaite. Donc, l'idée, c'était de se confiner tous ensemble. C'est compliqué pour elles mais je leur ai dit que ça l'était pour moi aussi. Ce sont des situations qu'on ne connaît pas et qu'on ne maîtrise pas. Il fallait se refaire la cerise tous ensemble, rester unis et se recentrer sur le football et ce match. Psychologiquement ça n'a été simple pour personne. Pour elles comme pour moi. Et je ne pouvais pas être dans la tête, le coeur et le ventre de chacune d'elles. On devait être costauds et soudés et rebondir le plus vite possible en gagnant ce match. Pour remettre très vite des ondes positives dans l'équipe. Est-ce difficile de penser seulement au sportif dans ce genre de contexte ?
Ça n'a pas été dur de préparer mon équipe. Dans le sport, dans le foot, dans la vie, il se passe toujours des événements qu'on ne maîtrise pas. Même si c'est grave ce qu'il s'est passé, il y a des choses beaucoup plus graves sur le plan humain. Quand on perd un enfant, là c'est grave et c'est irrémédiable, il n'y a rien à faire. Nous, on était tous vivants donc il fallait se reconcentrer sur le sport, sur la vie. Et j'ai vu des filles qui dans la difficulté sont restées dignes et ont montré un visage intéressant du PSG. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles