Foot - C1 - Ligue des champions : Lille bien trop tendre pour cet Ajax Amsterdam

L'Equipe.fr
L’Equipe

Malgré une prestation honorable, Lille n'a pas résisté à une équipe de l'Ajax trop talentueuse et plus expérimentée ce mardi, pour son entrée en lice en Ligue des champions à Amsterdam (3-0). De retour en Ligue des champions après sept ans d'absence, Lille n'a pas vraiment démérité à la Johan Cruyff Arena. Mais la vitesse de ses contres et toute l'envie du monde n'a pas suffi au Losc pour stopper une équipe de l'Ajax trop talentueuse, trop expérimentée, trop forte pour lui tout simplement (3-0). Une illustration de l'écart qui sépare encore un demi-finaliste de la dernière C1 et un jeune revenant. L'état d'esprit des Dogues leur donne toutefois un espoir à domicile contre Chelsea le 2 octobre et Valence le 23 octobre. Le film d'Ajax-Lille Classement du groupe H Avec des si, on refait beaucoup de choses, et il est tentant de savoir ce qu'il serait advenu si le Losc avait obtenu le penalty réclamé par Osimhen d'entrée (2e, voir ci-dessous). On ne le saura jamais, et l'Ajax ne s'est pas attardé longtemps sur la question. L'équipe d'Erik ten Hag a sorti une prestation dont elle a le secret, plein de maîtrise et plein d'éclairs. Ceux, nombreux, de Ziyech (voir ci-dessus) et ceux de son latéral gauche supersonique Nicolas Tagliafico. L'Argentin a débloqué le match en délivrant un centre superbe sur la tête de Quincy Promes, plus prompt que Gabriel (18e). Il a ensuite signé le troisième but avec mordant, sur corner (63e). Le deuxième but ajacide avait été inscrit par Alvarez, oublié par Gabriel et servi dans le bon tempo par Neres (50e), après une action collective typique.

Parfois spectateur du festival néerlandais, le Losc s'est également procuré de grosses occasions. Mais Onana a sorti le grand jeu sur une reprise d'Ikoné servi en retrait par Bamba (44e) et sur une tête à bout portant d'Osimhen (58e), servi par ce même Ikoné. Yazici a touché le poteau en fin de rencontre (90e). Il n'y a rien eu de déshonorant dans la prestation des Dogues : ils ont reçu une leçon de football qui doit leur servir pour grandir. Sur la lancée de son formidable exercice 2018-2019 et de son très bon début de saison, Hakim Ziyech en a fait voir de toutes les couleurs aux Lillois. Génial techniquement, le Marocain a notamment médusé la défense nordiste en passant avec classe entre André et Bradaric à droite de la surface pour envoyer une mine de l'extérieur du gauche sur la barre (14e). Au départ de l'action de l'ouverture du score en se créant de l'espace côté droit, il a donné plusieurs ballons très dangereux à ses coéquipiers. Il a obligé Maignan à être vigilant juste après la mi-temps (48e) et a poursuivi son récital, servant notamment Neres à la perfection (56e). Il a fini par être décisif en servant Tagliafico sur corner (63e), avant de recevoir une standing ovation à sa sortie (77e).
De nombreux observateurs se demandait si Victor Osimhen, bluffant depuis son arrivée en Ligue 1, était capable de peser autant au niveau Ligue des champions. L'attaquant nigérian a fait taire les sceptiques. Il aurait pu faire basculer le match dès l'entame, quand il s'est écroulé dans la surface ajacide après avoir été retenu par le maillot par Veltman (2e). M. Jovanovic n'a pas sifflé là où nombre de ses confrères l'auraient fait. Osimhen a brillé par sa puissance et sa vitesse en première période, et a offert de l'air à son bloc. Son centre puissant à notamment obligé Veltman à un retour en urgence (17e). Il n'a pas pu négocier correctement le ballon renvoyé par Onana sur la frappe d'Ikoné avant la pause (44e) et Onana a ensuite sorti d'un arrêt stratosphérique sa tête sur un centre d'Ikoné (58e).

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi