Ligue des champions : l'OM puni par Manchester City

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Marseille a été sèchement battu par Manchester City (0-3) lors de la deuxième journée de la Ligue des champions. L'OM, aucun point au compteur, ferme la marche dans son groupe.

Le match : 0-3

Il est encore trop tôt pour songer à une élimination précoce de Marseille dans cette Ligue des champions, mais le constat est là, implacable. Après deux journées, l'OM, battu ce mardi soir par Manchester City (0-3), ferme la marche dans son groupe, sans aucun point au compteur. Et s'il veut survivre dans cette C1, il devra sortir le grand jeu lors de sa double confrontation contre le FC Porto, le club de coeur d'André Villas-Boas.

lire aussi Le film du match

Il y a évidemment bien plus infâmant que de perdre contre les Citizens, mais les Marseillais n'ont jamais donné l'impression de pouvoir obtenir un autre résultat. Dominés tactiquement et techniquement, les Olympiens se sont trop peu montrés dangereux pour espérer un autre résultat.

Ils ont ainsi dû attendre la 42e minute pour cadrer par Radonjic, n'avaient tiré que deux fois à l'heure de jeu et, si la frappe Thauvin a trouvé le poteau gauche d'Ederson (55e), le gardien brésilien était sur la trajectoire et avait d'ailleurs touché le ballon des doigts.

City, de son côté, s'est avancé vers le succès au cours d'une première période maîtrisée, qui l'aura vu tirer à six reprises, ouvrir le score par Torres (18e) et manquer de peu le 2-0 par Zinchenko (35e). L'équipe de Pep Guardiola a ensuite creusé l'écart par Gündogan, à l'affût à bout-portant (0-2, 76e) et par Sterling, démarqué plein axe sur un nouveau caviar de de Bruyne (0-3, 81e).

Forcément, les mauvaises langues commenceront à évoquer l'analogie avec la saison 2013-2014, quand l'OM avait quitté la C1 avec aucun point au terme de la phase de groupes. On n'en est pas encore là, mais une chose est sûre : avec ce revers, l'OM reste désormais sur 11 défaites de rang en Ligue des champions et va devoir mettre un terme à cette terrible spirale pour espérer un avenir européen.

Lire la suite sur l’Equipe