Foot - C1 - Monaco - Ligue des champions : Monaco s'impose à Prague face au Sparta et fait un grand pas vers la qualification

·3 min de lecture

L'AS Monaco s'est imposée 2-0 sur la pelouse du Sparta Prague, mardi lors du troisième tour préliminaire aller de Ligue des champions. Le match : 0-2 Le Sparta Prague n'aura pas fait illusion très longtemps. Pendant un gros quart d'heure, les Tchèques, déjà lancés dans leur saison domestique (deux matches de Championnat) ont cru pouvoir imposer leur rythme. Mais l'ASM, qui a peiné au départ à exprimer sa puissance, a rapidement repris le contrôle et s'est créé les premières occasions par Golovine (11e) et Gelson Martins (14e, 21e). Son adversaire peut juste regretter cette tête non cadrée de Hlozek, dans une position idéale (23e), la seule grosse frayeur dans la surface monégasque tout au long du match. lire aussi Le film du match C'est simple : pour ses débuts officiels, Alexander Nübel a eu un seul véritable arrêt à effectuer, sur une frappe pas vraiment appuyée qu'il avait « provoquée » en ratant son dégagement au pied (69e). Sinon, le nouveau gardien allemand de l'ASM a plutôt étalé sa tranquillité au pied, justement, et a observé d'assez loin son équipe prendre le dessus puis marcher sur son adversaire. Le but d'Aurélien Tchouaméni (37e) a concrétisé cette domination et les lamentables débordements qui ont suivi n'ont pas fait dévier Monaco de sa trajectoire, même sous l'emprise de la fatigue.

Sofiane Diop, qui a remplacé un Wissam Ben Yedder un peu court physiquement à la 57e, a été décisif sur l'action du 2-0, en allant chercher de la tête un ballon transformé par Kevin Volland (2-0, 59e). Solide de bout en bout, la formation de Niko Kovac a un pied et quatre orteils en barrages de Ligue des champions après cet excellent résultat. Même si l'avantage du but à l'extérieur n'existe plus, on ne voit pas comment les Tchèques pourraient les faire douter au retour, mardi prochain au Stade Louis-II. Le fait : le match interrompu pour des cris de singe Alors qu'Aurélien Tchouaméni venait d'ouvrir le score de la tête, sur corner (37e), les joueurs monégasques se sont dirigés vers le trio arbitral pour se plaindre du comportement raciste du public tchèque. Ils ont clairement entendu des cris de singe proférés par une poignée de fans. Wissam Ben Yedder et quelques-uns de ses coéquipiers semblaient prêts à quitter la pelouse en signe de protestation. Finalement, après trois minutes de palabres environ, la partie a pu reprendre. L'arbitre, Michael Oliver, a également entendu les cris de singe, les a consignés et a suivi la procédure prévue par l'UEFA dans ce cas : le speaker du stade a averti le public qu'en cas de récidive, il interromprait la rencontre. À la pause, un message dénonçant le racisme a été diffusé sur les écrans géants du stade. Ce n'est pas la première fois que le public du Sparta se rend coupable de comportements racistes. Ce mardi, dans les colonnes de notre journal, le français Florent Poulolo, évoluant à Olomouc, témoignait en avoir été victime en juillet. Le joueur : Tchouaméni sur sa lancée Le milieu défensif de l'AS Monaco, désigné meilleur espoir de la saison passée lors des trophées UNFP, a attaqué l'exercice 2021-2022 aussi fort qu'il avait achevé le précédent. Auteur de l'ouverture du score, de la tête sur un corner de Golovine, le premier de son équipe (37e), Aurélien Tchouaméni (21 ans) a établi pour de bon la supériorité française sur la pelouse tchèque. Un but mais aussi une activité énorme au milieu, où il a imposé sa puissance et sa sérénité. Il serait dommage qu'il ne voit pas la « vraie » Ligue des champions, en septembre.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles