Foot - C1 - Lille - Gourvennec (Lille) avant le match contre le Séville FC en Ligue des champions : « Provoquer notre destin »

·4 min de lecture

Jocelyn Gourvennec, l'entraîneur du LOSC, veut balayer les doutes qui escortent son équipe, battue à Clermont en L1, en réussissant un gros match face à Séville mercredi (21h). Lille a essuyé sa quatrième défaite en L1 ce samedi à Clermont (0-1). Le contenu et l'attitude des joueurs nordistes ont incité le président Olivier Létang à affirmer que ses troupes avaient « touché le fond ». La frustration de cette nouvelle rechute en Championnat doit nourrir la réaction des Dogues ce mercredi soir à Pierre-Mauroy pour la réception de Séville (21 heures). Dernier du groupe G de Ligue des champions, le LOSC a besoin de l'emporter pour avancer. Son entraîneur aimerait que cette compétition continentale soit un moteur pour relancer son équipe. « La défaite à Clermont peut-elle nourrir une révolte contre Séville ?
Par rapport à ce que nous avions construit en Championnat en septembre, nous nous pensions à l'abri d'une telle contre-performance. Il faut donc être lucide, analyser les raisons mais aussi très vite basculer dans le match d'après. En plus, c'est une autre compétition. Les joueurs se sont beaucoup bagarrés pour disputer cette grande épreuve. Séville a régulièrement un très bon niveau en Europe. On ne peut pas ressasser ce qui n'a pas fonctionné, se plaindre, rester sur notre mécontentement. Il faut penser que la C1 est un moteur positif pour aborder ce match contre Séville. Et provoquer notre destin. « Il y a forcément eu une décompensation après un titre de champion et une saison incroyable » Votre saison en dent de scie en L1 sera-t-elle placée sous le signe de la fraîcheur mentale et physique ?
C'est possible et souhaitable. Il y a forcément eu une décompensation après un titre de champion et une saison incroyable. Les joueurs ont montré qu'ils étaient capables de faire de gros matches comme contre l'OM (2-0, 3 octobre). On doit rechercher cette régularité pour ne pas connaître de trous d'air que les gens ne comprennent pas, à juste titre. Les joueurs valent mieux que ça. Quand on aborde la C1, il n'y a pas d'état d'âme, de fatigue. Il faut prendre conscience de ces matches exceptionnels à jouer, allumer le feu et faire un gros match à partir de 21h. Pensez-vous toujours que Séville, qui n'a qu'un point de plus que vous, est l'équipe la plus forte du groupe ?
Oui. C'est une équipe forte en Liga et expérimentée en Ligue des champions. Si elle remporte son match en retard en Championnat, elle pourra prendre la tête du classement. Ils parviennent à faire basculer les matches en Liga, mais pas en C1 où ils ont été accrochés. La saison passée, Séville est sorti de sa phase de groupes de C1, battu par Dortmund en huitièmes de finale. C'est une équipe complète avec des joueurs que l'on connaît bien en L1 : Ocampos, Koundé, Diego Carlos. Elle sait tenir le ballon, elle est robuste à l'intérieur du jeu, solide derrière et possède des qualités d'élimination devant. Il ne leur manquera que En-Nesyri devant. Mais c'est un gros effectif. Il faudra un très bon LOSC, à la fois bien défendre, gêner leur construction et s'appuyer sur nos points forts pour leur poser des problèmes. lire aussi Le groupe G de Ligue des champions Avez-vous la pression du résultat ?
C'est un mini-Championnat. Demain soir (mercredi), on sera à mi-chemin. Tous les matches sont difficiles. On doit parvenir à être conquérants et à emballer cette rencontre sans s'ouvrir face à des joueurs extrêmement habiles. Il faut un match plein comme on l'a fait contre l'OM. On avait réussi à les contenir et à avoir des occasions, à retrouver de bonnes sensations. C'est tout l'enjeu de demain, y compris vis-à-vis du public qui avait répondu au comportement de l'équipe face à Marseille. Ça booste les joueurs. Cela ne se jouera pas à grand-chose. Séville c'est fort, mais on a notre mot à dire sur ce match. Que pensez-vous de votre homologue Lopetegui ?
J'ai beaucoup suivi, avec le LOSC, Séville la saison dernière. Je le connais bien depuis son travail à la Fédération et à Porto, son épisode difficile en sélection puis au Real Madrid. Il est très respecté dans notre milieu, en Espagne et à l'International. Il a retrouvé à Séville la possibilité d'exprimer son talent. Je le respecte énormément. » Grbic : « Nous aussi, nous sommes forts » lire aussi Les lassitudes de Renato Sanches, de retour de blessure

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles