Foot - C1 - Matthias Sammer, l'homme de l'ombre du Borussia Dortmund

L'Equipe.fr
L’Equipe

Conseiller spécial du club de la Ruhr, le Ballon d'Or France Football 1996 a beaucoup d'influence sur les décisions sportives stratégiques. Depuis son départ soudain du Bayern Munich en juillet 2016 où il était le responsable du secteur sportif, Matthias Sammer (52 ans) s'était fait discret. Après une pause de quatre ans au terme d'une intense et éprouvante aventure en Bavière qui avait débouché sur un pépin de santé dont la nature précise n'a jamais été divulguée, il a officié comme consultant sur Eurosport Deutschland. Mais lorsque, en mars 2018, les patrons du Borussia Dortmund lui ont demandé de donner un coup de main à un club où il a été joueur (janvier 1993-1998) et entraîneur (2000-2004), l'ancien international allemand (51 sélections, 8 buts) n'a pas hésité très longtemps, exigeant simplement de remplir un rôle de conseiller de l'ombre, sans être amené à déménager dans la Ruhr afin de continuer à résider à Grünwald dans la banlieue de Munich. Lorsqu'il se rend à Dortmund (en moyenne deux à trois fois par mois), il rencontre ses responsables à l'Acqua, un restaurant italien où ils ont leurs habitudes. Il ne veut en aucun cas avoir une quelconque influence sur le quotidien du club et n'a encore jamais suivi la moindre séance d'entraînement. Habitué à s'installer régulièrement dans les tribunes du Signal Iduna Park, Sammer se déplace rarement avec l'équipe. À Dortmund, le Ballon d'Or France Football 1996 est précieux pour ses conseils et la vision qu'il se fait du BVB à court et moyen terme afin notamment d'apporter régulièrement du sang neuf à l'effectif. C'est lui qui a lancé l'idée d'enrôler cet hiver le milieu de terrain Emre Can, en manque de temps de jeu à la Juventus. Sammer participe également aux réunions pour définir le profil du successeur de Lucien Favre en vue de la prochaine intersaison ou pour l'été 2021. Il songerait sérieusement à Erik ten Hag, l'actuel entraîneur de l'Ajax Amsterdam qu'il a bien connu à Munich. Entre 2013 et 2015, c'est lui qui avait installé le technicien batave à la tête de l'équipe réserve. Lorsque Lucien Favre semblait proche de la sortie après une série de mauvais résultats cet automne, les dirigeants du Borussia ont tenté de convaincre Sammer de reprendre l'équipe jusqu'à la fin de la saison, mais il a catégoriquement refusé, répétant qu'il ne souhaitait en aucun cas occuper de poste aussi exposé. Son retour au BVB a pu surprendre, surtout que pendant son aventure au Bayern, les deux clubs se sont sportivement tirés la bourre. Sammer avait multiplié les provocations acerbes en direction du Borussia. Il a même failli en venir plusieurs fois aux mains avec Jürgen Klopp en plein Klassiker. « Pour Dortmund, c'est difficile d'accepter notre domination, avait-il lancé. Peut être feraient-ils mieux de s'inspirer de notre travail et de notre état d'esprit. Donnent-ils leur maximum à chaque séance d'entraînement comme c'est le cas chez nous ? Ils devraient aussi se poser la question quant à savoir pourquoi ils ne sont pas aussi performants. » Il a fallu de longs mois avant que les tensions ne s'apaisent. « Je ne regrette rien, a récemment expliqué Sammer. C'est vrai qu'il y a eu quelques accrochages, c'était émotionnel, mais j'ai simplement servi le Bayern à une période où le Borussia était ultra compétitif. C'était de bonne guerre. Ensuite, Watzke (le directeur général du Borussia) m'a tendu la main, je l'ai saisie et la confiance est revenue aussitôt entre nous. Je n'oublie pas à quel point le BVB a joué un rôle prépondérant dans ma vie, tant sur le plan sportif que familial. » Match à huis clos: Dortmund va rembourser ses supporters

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi