Foot - C1 - Monaco - Kylian Mbappé (Monaco) : «Je savais qu'il allait y avoir un coup à jouer»

L'Equipe.fr
Auteur d'un doublé à Dortmund ce mercredi, pour offrir une victoire précieuse à Monaco en quart de finale de Ligue des champions (3-2), Kylian Mbappé est revenu sur sa performance, et sur le contexte particulier de ce match, au lendemain de l'attaque qui a touché le bus du BVB.

Auteur d'un doublé à Dortmund ce mercredi, pour offrir une victoire précieuse à Monaco en quart de finale de Ligue des champions (3-2), Kylian Mbappé est revenu sur sa performance, et sur le contexte particulier de ce match, au lendemain de l'attaque qui a touché le bus du BVB.«Sur le terrain, le conte de fée continue pour vous avec ce doublé. Quel regard portez-vous sur votre prestation ?J'avais à cœur de faire un gros match, sachant que j'avais été "laissé sur la touche" lors des deux dernières rencontres. Le coach m'avait dit que ça faisait partie de la rotation, je l'ai accepté. Je voulais montrer que je peux apporter quelque chose à l'équipe, et je pense que je l'ai montré. On est très heureux parce qu'on marque un grand coup aujourd'hui (mercredi).Racontez-nous vos deux buts...Sur le deuxième, je la mets où il faut, ça fait partie du métier, des fois ça réussit, dès fois non. Je lève la tête, je regarde le gardien, j'ai vu qu'il avait anticipé la frappe croisée sur le côté gauche, donc je l'ai placé dans la lucarne. Sur le premier, Lemar fait un centre-tir, le ballon me revient, avec la chance, ça rentre.Le Borussia a beaucoup poussé après la pause. En étant privé de ballon devant, comment avez-vous réussi à rester dans le match ?C'était un match quand même compliqué dans l'ensemble à cause de l'adversaire, mais aussi du contexte. On a essayé de donner le meilleur de nous-même, j'ai essayé de donner le meilleur de moi-même. On repart avec un avantage, pas extrêmement important, mais quand même important. On m'a toujours dit que quand je touche le ballon, il doit se passer quelque chose. J'essaye de m'appliquer à chaque fois que je joue. Aujourd'hui ça m'a souri, j'espère que ce sera comme ça tous les jours. Après, je suis un joueur, quand vous subissez, il faut être lucide, et calmer. On part vite en vrille dans un match comme ça. Je savais qu'il allait y avoir un coup sûr à bien exploiter, et c'est ce deuxième but.Comment avez-vous vécu la soirée de mardi, avec cette attaque sur le bus de Dortmund ?On a subi tout ce qui s'est passé. Quand vous subissez, c'est dur. Vous avez des nouvelles, toutes les demi-heures. Vous êtes dans l'attente. On entend qu'il il a une explosion, puis plus de nouvelle. On s'inquiète, on craint le pire. J'ai essayé d'appeler Ousmane (Dembélé), il m'a expliqué la situation, je lui ai dit que j'étais avec lui et son équipe, que sur ce coup-là on était tous ensemble. Il n'y a plus de club. J'ai essayé de donner des infos à Ousmane, il m'en a donné aussi. Je ne souhaite de vivre ça à personne. Les joueurs ont été touchés par ce qui s'est passé, très touchés même. On est tous avec Bartra, on sait que c'est difficile pour lui, comme pour tous les joueurs de Dortmund. On les soutient au maximum. C'est déstabilisant mais on est des professionnels, on doit s'habituer à tout, même aux conditions les plus extrêmes. Aujourd'hui, c'était extrême, et on a essayé de se mettre au niveau d'un quart de finale de Ligue des champions.Comment arrivez-vous à résister à une telle pression, malgré votre jeune âge ?J'ai toujours été comme ça, j'essaye de rester moi-même. Je vois que ça porte ses fruits, donc j'essaye de continuer, tout en travaillant.Vous êtes devenus le deuxième plus jeune buteur de l'histoire des quarts de finale de Ligue des champions...Deuxième derrière Bojan ? Je ne regarde que les premiers (rires).»Bernardo Silva : «Qu'une partie du chemin»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages