Foot - C1 - Monaco - Les Monégasques décryptent leurs deux périodes

L'Equipe.fr
Diffusé en exclusivité sur Canal+ mercredi soir, le huitième de finale retour de Ligue des champions Monaco-Manchester City (3-1) a réalisé une bonne audience.

Auteurs d'une première période extraordinaire contre Manchester City, les joueurs de Monaco ont été en grande difficulté après la pause. Mais ils ont su s'en sortir en marquant, au mental.1re période : « Leur montrer que ce n'était pas leur jour »Avec deux buts de retard, Monaco savait ce qu’il devait faire pour se qualifier. Alors, un plan avait été établi par Leonardo Jardim. «Nous devions marquer très rapidement pour les faire douter», a expliqué Valère Germain après la rencontre. Cette stratégie ne faisait donc pas grand cas d’une quelconque prudence. «Nous voulions leur montrer que ce n’était pas leur jour, et que c’était bel et bien le nôtre, a détaillé Kylian Mbappé, aussi à l'aise devant les médias que sur le terrain. Nous nous sommes installés dans leur camp. A 2-0 après 29 minutes, ils ont pris un coup au moral. Ils ne s’y attendaient certainement pas.» Si devant, il fallait faire trembler les filets le plus vite possible, il ne fallait pas non plus encaisser de but trop vite. «Nous avons mis beaucoup d’intensité, d’entrée. L’objectif était d’être tout de suite dans notre match», a rappelé Jemerson dont le duel avec Sergio Agüero a été passionnant. A la pause, tout était parfait : l’ASM menait 2-0 et Manchester City n’avait pas tiré une seule fois au but pour la première fois de son histoire en Ligue des champions. Pour Bakayoko, «il n’y avait pas photo». 2e période : « Nous avons eu du mal »Perturbée par le changement tactique effectué par Pep Guardiola avec le passage du 4-1-4-1 au 4-2-3-1 avec un David Silva libre entre les lignes, l’équipe de Leonardo Jardim a beaucoup reculé. «Nous avons eu du mal», a reconnu Jemerson. «Nous avons subi une terrible pression pendant trente minutes», a lâché Bakayoko. Incapable de tenir le ballon, l’ASM va encaisser un but qui l’élimine virtuellement à la 71e minute. «Cela nous a fait mal», a concédé Mbappé tandis que Bakayoko reconnaît «un coup au moral et une période de doute» dans les têtes locales. Mais l’équipe va réagir. Et vite. «Nous avons du caractère» a souligné la jeune star offensive. «Nous savions dès la mi-temps que nous marquerions un troisième but», a même assuré Benjamin Mendy. Le buteur providentiel de la 77e minute s’appelle Bakayoko, qui sera suspendu en quart de finale aller : «Nous avons poussé, nous avons marqué, nous avons fermé.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages