Foot - C1 - Monaco - Cadeaux, bières et entraide : les histoires de la nuit des fans de Monaco à Dortmund

L'Equipe.fr

Après les trois explosions qui ont frappé le bus du BVB mardi soir, et le report du match contre Monaco, de nombreux fans monégasques ont dû trouver une solution pour passer une nuit de plus à Dortmund, dans l'urgence. Trois histoires d'une nuit particulière.Jens et Kristiane, hôtes d'orMardi soir, Twitter était le grand espace de solidarité pour des supporters perdus pour la nuit à Dortmund. Adrien, Nicolas, Sylvain et Abdel Malik, tous quatre venus en voiture depuis Paris, ont cherché par ce biais un toit, qu'ils ont trouvés tout près du stade. «On a été contacté par un couple qui possède un bel appartement, avec deux lits et deux canapés pour nous, raconte l'un des membres du quatuor. On a eu droit à un super petit déjeuner ce matin. Jens et Kristiane sont même spécialement allés faire des courses pour nous !»En remerciement, les quatre amis se sont rendus en ville pour rapporter à leurs hôtes quelques cadeaux bien légitimes : des fleurs pour madame, une écharpe du match pour monsieur et un petit ballon en mousse destiné à leur enfant. «C'était normal, car ils ont le cœur sur la main, glisse le quatuor. Ça nous a fait plaisir de les remercier pour leur geste, qui leur a valu une invitation sur un plateau de télévision allemande, mais ils ont refusé, car ils ont estimé qu'ils ne méritaient pas autant de publicité. Pour nous, ce qui s'est passé hier, cette hospitalité, resteront comme le plus beau souvenir de notre déplacement à Dortmund. Pour le match, on verra. Peut-être que l'ambiance sera plus feutrée qu'elle ne l'aurait été hier. » Peut-être pas chez le couple qui les a reçus, car Jens est un vrai fan du Borussia, davantage que Kristiane, plus portée sur Stuttgart. Egalement supporters monégasques, Dalyl, Simon et Youssef ont utilisé comme beaucoup d'autres le hashtag #bedforawayfans. «On s'est retrouvé un peu sans solution, au pire on aurait dormi dans la voiture. Mais quand on a vu la solution du hashtag, on a foncé. J'ai eu 180 retweets de mon message en très peu de temps, c'est énorme. Ils sont supers solidaires. On nous mentionnait pleins de personnes susceptibles de nous accueillir, c'était extraordinaire. On est épaté par la gentillesse des Allemands » poursuit-il, son message d'appel à la solidarité à l'appui (voir ci-dessous) «Une personne s'est proposée et nous a envoyé son adresse. On est parti là-bas sur le champ» raconte Dalyl, à une vitesse folle, encore dans l'excitation de décrire ce moment à part. Une fois l'hôte d'un soir trouvé, les trois amis ont eu un nouveau coup de chaud, peinant à trouver leur point de chute, dans la cité allemande. «On a un peu galéré pour trouver la route, parce qu'il nous a dit que c'était à côté d'un tapas. Alors on a cherché sur le GPS, mais on s'est trompé de tapas. Il a dû venir nous chercher, encore un geste super sympa, continue Dalyl. Il nous a super bien accueillis, on a échangé en anglais comme on pouvait. Il nous a directement demandé si on voulait une bière, on a immédiatement compris où on était. (Rires) Il nous a aussi proposé à manger.» Pour la nuit, l'espace a été suffisant pour que les trois hommes dorment paisiblement : «Un sur le canapé, deux dans un lit. Il nous a dit de faire comme chez nous, c'était génial. On va s'en souvenir».Si la solidarité des Allemands a été exceptionnelle, l'entraide entre Français a également joué. Julien et Gaëtan, fans de l'ASM, ont ainsi hébergé quatre autres supporters français, dans leur chambre d'hôtel. A six dans une chambre pour deux, la nuit n'a pas été idéale, mais tout le monde était à l'abri. «On avait déjà prévu notre hôtel, mais une chambre pour deux seulement, rigole Julien. On leur a proposé immédiatement de venir avec nous. Deux étaient sur le sol, un sur le canapé, on a fait comme on a pu. On se connaît déjà un peu d'avant, on s'était rencontré sur d'autres matches». «Nous dans le lit, on s'en est bien sorti, mais d'autres ont moins bien dormi, ajoute Gaëtan, un sourire en coin. Ça fera des souvenirs, même si on aurait préféré que ça se passe autrement.» Alexandre, Bryan, Kevin et Yannick, les quatre fans en « sous-loc », ont eu peur de se retrouver sans solution. «On s'est débrouillé à la dernière minute, on a eu la chance de les trouver. A six, on s'est serré mais ça a été. C'est un truc qui nous marquera à vie, lance Alexandre, parlant pour le groupe. C'est la cinquième fois que je viens à Dortmund, c'est la première fois que je reste.» Sans l'aide de leurs amis de tribune, ils auraient sans doute utilisé eux aussi le hashtag d'accueil des fans du BVB. «La mentalité allemande, c'est énorme. Ils sont très hospitaliers. On aurait pu faire ça aussi et on aurait trouvé facilement, j'en suis certain», conclut Alexandre. Les six hommes iront finalement ensemble au stade à 18h45, et non chacun de leur côté.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages