Foot - C1 - OM - Florian Thauvin (OM) avant d'affronter Porto en Ligue des champions : « J'ai un sentiment de honte »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Muet en Ligue des champions cette saison, Florian Thauvin a « du mal à assumer » les trois défaites de l'OM, qui doit « montrer un autre visage » selon lui. « Quelles sont vos ambitions sur ce match, après une première partie de campagne européenne ratée ?
On devra faire beaucoup mieux que ce qu'on a fait jusqu'à présent. Comptablement, il reste beaucoup de points à prendre, tant que ce sera jouable sur ce plan, on fera le maximum. Gagner ou perdre, c'est une chose, mais on doit montrer un autre visage dans cette compétition. Vous avez déjà vécu un tel calvaire en C1 lors de la saison 2013-2014 (six défaites d'affilée). A l'époque, avant d'aller à Naples pour la 4e journée, comment aviez-vous essayé de vous remobiliser ?
C'est difficile d'enchaîner les défaites, c'est une compétition compliquée, le haut niveau. Nous concernant, on doit faire mieux dans l'attitude. Se battre. Un sursaut d'orgueil collectif est nécessaire, en tant que compétiteur, on ne doit pas accepter de subir trois défaites d'affilée. Ce n'est pas normal à ce niveau-là d'afficher un tel état d'esprit.
« Quand on rentre chez nous, on doit être fier du travail accompli sur le terrain. Aujourd'hui, ce n'est pas le cas » Qu'avez-vous encore à jouer ? Que pouvez-vous aller chercher ?
Il faut avoir un peu d'ego. Il faut se regarder dans un miroir. Quand on rentre chez nous, on doit être fier du travail accompli sur le terrain. Aujourd'hui, ce n'est pas le cas. On a des regrets sur ce début de compétition. Ça fait mal, moi, j'ai du mal à l'assumer. Il y a un sentiment de honte. Quand on joue dans un club aussi puissant que l'OM, avec le nombre de supporters que l'on a, on ne peut pas accepter ça. Je suis joueur et premier supporter, je ne l'accepte pas, il faut faire mieux. Avez-vous eu l'occasion de vous ressourcer, physiquement et mentalement, pendant cette trêve ?
A la fin du mois d'octobre, après des matches tous les trois jours, on commençait à être un peu fatigués. Ce n'est pas top non plus d'avoir vécu 19 jours sans jouer, il sera important demain (mercredi) de faire un bon échauffement pour bien rentrer dans le match. On a bien travaillé pendant cette période, on a fait aussi le vide dans nos têtes, j'espère que ça se concrétisera sur le terrain. lire aussi Radonjic seul absent contre Porto Avez-vous travaillé votre relation technique avec Dario Benedetto ?
On traverse tous des périodes un peu plus compliquées. J'ai pu lire certaines choses disant que je ne donnais pas assez de ballons à Benedetto. Je fais le maximum pour lui en donner le plus possible. Il y a eu quand même quelques belles combinaisons entre lui et moi, si vous reprenez les matches. Il faut mettre le ballon au fond maintenant, c'est le plus compliqué, mais on va remédier à ça, à nous d'être imaginatifs en match. A l'entraînement, on a une très bonne entente, et le coach nous a mis à chaque séance dans la même équipe. Après une saison blanche, vous retrouvez progressivement du rythme en compétition. L'explosivité était une de vos vertus cardinales, où en êtes-vous sur ce plan ?
C'est compliqué, après une si longue période, de retrouver 100 % de ses capacités. Ce n'est pas encore parfait. On a beaucoup de travail en début d'entraînement sur l'explosivité, les sprints. On a eu une période assez longue sans jouer, j'espère ne pas être trop en difficulté sur ce plan de l'explosivité, très important pour un joueur de couloir. »