Foot - C1 - PSG-Barça - PSG-Barça : À Doha, c'était match nul

L'Equipe.fr
Dans la capitale qatarienne, mardi, il fallait davantage compter sur la communauté française que sur la population locale pour soutenir le PSG.

Dans la capitale qatarienne, mardi, il fallait davantage compter sur la communauté française que sur la population locale pour soutenir le PSG.Acquis au Paris-SG, le club possédé par le fonds souverain du pays, ou plutôt en faveur de Barcelone, dont le maillot arbore le nom de la compagnie aérienne nationale ? Les Qatariens semblaient avoir choisi leur camp mardi. Dans l’Émirat, la cote de popularité du club parisien semble encore loin de celle des Barcelonais.Toujours portés par des enfants dans ce pays au code vestimentaire bien établi – qamis blanc pour les hommes, long vêtement noir cachant bien souvent le visage pour les femmes –, on pouvait distinguer des maillots catalans dans les allées de l’Aspire Zone, l’immense complexe où pullulent les chantiers d’infrastructures sportives.Les tuniques du PSG commencent à se porter à Doha, mais beaucoup plus rarement. Vous n’en verrez pas dans le souk de la ville. S’y vendent pourtant des répliques de ceux du Barça, du Real, d’Arsenal ou de Chelsea. Certaines boutiques avaient même profité des fortes pluies de mardi pour ressortir des parapluies à l’effigie des Catalans.Plus surprenant, on trouvera quelques photos en vitrine de Hamed ben Khalifa Al Thani, l’émir du Qatar, brandissant la coupe du monde lors de la désignation du pays pour accueillir le Mondial dans cinq ans et, déjà, quelques produits estampillés 2022.Le PSG écrase le BarçaPour suivre la rencontre, en revanche, hormis un restaurant syrien du centre-ville, le football se regarde chez soi. Ou dans une poignée d’hôtels occidentaux, à l’instar du Marriott de Doha. Au Champions, l’un des cinq restaurants situés au quatrième étage de l’immeuble trônant dans le quartier des affaires, une trentaine d’écrans diffusaient la rencontre.Pas trace de Qatariens. Les girafes de bière avaient remplacé les mojitos d’autres hôtels moins cosmopolites. Ici, la communauté française était là pour afficher son soutien aux joueurs d’Unai Emery. Et elle en a bien profité.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages