Foot - C1 - Comment le PSG s'en sort sans ses stars en attaque en Ligue des champions

L'Equipe.fr
L’Equipe

Kylian Mbappé malade et incertain, le PSG pourrait se présenter sans l'une de ses stars offensives mercredi (21 heures) en huitièmes de finale retour de Ligue des champions contre le Borussia Dortmund. Une situation que le club a déjà vécue par le passé... Le Suédois est le premier attaquant star recruté par QSI. Il arrive de Milan en 2012 et il se fait expulser dès le premier match à élimination directe, en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions contre Valence (2-1). Zlatan Ibrahimovic prend un carton rouge dans le temps additionnel (90e+2) pour une semelle sur le tibia gauche d'Andrés Guardado. « Cette expulsion est injuste, affirme Leonardo, le directeur sportif du PSG, en zone mixte. C'est vrai qu'il lève le pied mais il ne touche pas l'adversaire. J'espère vraiment qu'en visionnant les images, on se rendra compte que c'est une faute normale qui ne méritait pas le rouge. » En son absence au retour, le PSG subit au Parc des Princes, est mené à la 55e minute sur un but de Jonas, mais Ezequiel Lavezzi égalise rapidement (66e) et le PSG se qualifie pour les quarts de finale, où il sera éliminé par le Barça (2-2, 1-1). PSG : Kylian Mbappé pas à l'entraînement à la veille de Dortmund Un an plus tard, Zlatan est absent en quarts de finale retour contre Chelsea. Il s'est blessé tout seul à la cuisse droite (lésion musculaire) à l'aller, un match remporté 3-1 par les Parisiens. À Stamford Bridge, le PSG version QSI vit sa première désillusion en Ligue des champions. Malgré ses deux buts d'avance, Paris est éliminé face au génie tactique de José Mourinho (0-2). Le Portugais fait rentrer, à la place d'Eden Hazard blessé, André Schürrle dès la 18e minute, qui ouvre le score (32e). Idem avec Demba Ba, auteur du but de la qualification 20 minutes après son entrée en jeu (87e). À la fin du match, un journaliste de Sky Italia lui demande : « Schürrle entre, il marque. Demba Ba entre, il marque. Comment ça s'appelle ? » « Du cul », répond Mourinho, qui était allé saluer le Suédois, présent sur le banc parisien, pendant le match. Après son expulsion en huitième de finale retour contre Chelsea, qui n'a pas empêché les Parisiens de se qualifier en jouant en infériorité numérique pendant plus d'une heure, Zlatan Ibrahimovic rate un troisième match à élimination directe avec le PSG en 2015 : le Suédois est suspendu pour le quart de finale aller contre le Barça, au Parc des Princes. Sans lui, le club parisien subit sa première grosse gifle en C1 de l'ère QSI. À l'exception des dix dernières minutes de la première période et les quinze premières de la seconde, les Parisiens sont nettement inférieurs au Barça sans son leader technique et se prennent une correction (1-3) avec notamment un doublé de Luis Suarez. Le club parisien s'inclinera (0-2) au retour sur un doublé de Neymar. Victime d'une lésion à la cuisse droite lors du match contre Bordeaux (2-0) le 31 janvier 2014, Edinson Cavani rate le huitième de finale aller de Ligue des champions contre le Bayer Leverkusen, qui se déroule le 19 février. Son absence ne se fait pas sentir. Le PSG remporte un de ses plus grands succès européens contre les Allemands (4-0) grâce à un doublé de Zlatan Ibrahimovic (39e s.p., 42e) et des buts de Blaise Matuidi (3e) et Yohan Cabaye (88e). Avec ou sans Kylian Mbappé, ça change quoi pour le PSG ? L'Uruguayen ne rate aucun autre match à élimination directe jusqu'au huitième de finale aller contre Manchester United la saison passée quand il a contracté une blessure à la hanche en frappant un penalty en force contre Bordeaux, à trois jours du déplacement en terre anglaise. Là encore, son absence n'a aucune incidence sur le match. Alors que le PSG est également privé de Neymar, Angel Di Maria va assurer à Old Trafford (2-0), délivrant deux passes décisives à destination de Presnel Kimpembe et Kylian Mbappé. Il rentrera au retour dans le temps additionnel. Insuffisant pour empêcher une nouvelle désillusion du PSG et une nouvelle élimination dès les huitièmes de finale (défaite 1-3). Les absences du Brésilien sont certainement les plus marquantes. Le joueur le plus cher de l'histoire, recruté 222 millions d'euros en 2017, rate le huitième de finale retour contre le Real Madrid en 2018. Il se blesse à la cheville droite (entorse antéro-externe) et au pied (fissure du cinquième métatarsien) dix jours avant le match, lors d'un Classique remporté (3-0) contre l'OM en Championnat. Neymar n'assiste pas au match retour. Il est rentré au Brésil, où il s'est fait opérer par le docteur Rodrigo Lasmar quelques jours plus tôt. Battu 1-3 à l'aller au Parc des Princes, le PSG perd également au retour (1-2) face à un Real Madrid trop fort pour lui. Un an après, ce sont les deux huitièmes de finale que le Brésilien rate, l'aller et le retour contre Manchester United. Il s'est blessé fin janvier en Coupe de France contre Strasbourg (2-0) sur une intervention de Moataz Zemzemi. « Il peut s'amuser mais qu'il ne vienne pas chouiner après », avait ensuite lâché le milieu de terrain strasbourgeois, Anthony Gonçalves, au micro d'Eurosport, l'un des diffuseurs. Neymar souffre d'une pseudarthrose, c'est-à-dire un défaut de consolidation de la fracture du cinquième métatarsien du pied droit, opérée en mars 2018 par Rodrigo Lasmar, le médecin de la sélection brésilienne. Sans son attaquant brésilien, le PSG se fait éliminer après avoir gagné l'aller (2-0) en Angleterre en s'inclinant (1-3) au retour, avec un penalty inscrit par Marcus Rashford dans le temps additionnel (90e+4).

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi