Foot - C1 - PSG - Thomas Tuchel (PSG), : « Leipzig n'était pas la meilleure équipe »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Thomas Tuchel, l'entraîneur du PSG, estime que ce sont trois situations clefs (deux penalties et l'expulsion de Gueye) qui ont fait basculer la rencontre plus que la domination allemande de Leipzig. « On a vu deux mi-temps très différentes, comment l'expliquez-vous ?
On a fait une première mi-temps très bonne. C'était possible d'être à 2-0, ça s'est fini à 1-1. Il y a trois situations clés ensuite, avec le penalty pour nous, avec le carton rouge et le deuxième penalty, trois situations contre nous. C'était trop pour avoir un meilleur résultat. On a encore un match retour. Avez-vous senti votre groupe à la hauteur dans l'engagement ? Et vous sentez-vous fragilisé après ces deux défaites en Ligue des champions ?
À la deuxième question, non. À la première, j'ai vraiment l'impression qu'on a tout donné. Leipzig joue très très physique. Comme Liverpool, l'Atalanta ou Salzbourg, ils jouent très très physique. On doit accepter de faire ces efforts. C'est super difficile de contrôler le match avec la structure, on l'a très bien fait. Dans le vestiaire, venez et voyez, ils ont vraiment tout donné. C'était possible d'avoir le même résultat que Leipzig aujourd'hui (mercredi soir ndlr). lire aussi Ligue des champions : le PSG renversé chez le RB Leipzig Estimez-vous qu'avoir évoqué votre avenir personnel la veille de ce match (il avait indiqué ne plus « rêver » à sa prolongation) a pu gêner vos joueurs ?
Les médias allemands ont posé la question. Pourquoi y a-t-il de la pression sur moi ? J'ai répondu que tous les médias, les experts étaient très critiques avec moi. C'est comme ça, on doit l'accepter. Je pensais qu'avec la saison dernière, avec les quatre titres et la finale de C1, ce serait plus calme. Mais non. Mais ce n'est pas un problème pour moi. Je suis très, très concentré avec mon staff. Ils m'ont posé la question du contrat, j'ai dit que ce n'était pas un problème. Ce n'est pas le moment. La situation est claire. Ça n'influence pas mon travail. Ça ne change rien. Estimez-vous, a posteriori, avoir mis en place le bon plan de jeu ?
Tout le monde peut être entraîneur après un match. Réfléchir avant, c'est plus difficile. Si vous attendiez un meilleur match, c'est votre opinion. Si vous attendiez une victoire sûre, c'est votre opinion. On doit accepter qu'on ait un groupe très difficile. Une équipe très forte. Le club numéro 1 en Allemagne. Il y a trois situations clés. Leipzig n'était pas la meilleure équipe. C'est un match qui se joue sur les trois situations, les deux penalties. Je ne vais pas arrêter d'avoir confiance en mon équipe, en mes coéquipiers. On va tout faire pour renverser la situation au match retour. » lire aussi Les notes de Leipzig - PSG : Kimpembe, la soirée à oublier