Foot - C1 - Vainqueur de l'Inter, le Real Madrid finit premier de son groupe de Ligue des champions

·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Grâce à deux buts magnifiques de Toni Kroos et Marco Asensio, le Real Madrid a assez confortablement contrôlé l'Inter (2-0). Ce qui lui permet de terminer en tête de son groupe, devant l'équipe milanaise. En battant l'Inter (2-0), le Real Madrid a assez facilement assuré la première place du groupe D, qui lui vaudra un tirage plus clément en huitièmes de finale, à condition d'éviter le PSG et le deuxième du groupe H, Chelsea ou la Juventus Turin. L'Inter Milan de Simone Inzaghi, comme le PSG, sera infiniment plus exposé avec le risque d'affronter Manchester City, Liverpool, le Bayern, Manchester United et Chelsea ou la Juve. Les Madrilènes ont seulement souffert pendant la première demi-heure, face à la pression de l'Inter, une pression que les Italiens ont été incapables de maintenir sur la durée. La soirée a basculé sur le 1000e but du Real Madrid en C1, hors qualifications, un but signé Toni Kroos (17e), à un moment du match où l'Inter était encore plein d'espoir. Pour commencer, le Real, donc, a eu du mal à contrôler les intentions de l'Inter en première période, mais paradoxalement, si Vinicius avait mieux joué plusieurs surnombres offensifs, et si la frappe de Casemiro n'avait pas fini sur le poteau de Handanovic (45e), les Madrilènes auraient eu un avantage bien plus important que le seul but de Kroos (17e). Un but survenu sur un rare mouvement fluide du Real en début de match, Casemiro laissant filer le ballon de Rodrygo vers l'Allemand, à l'entrée de la surface, pour une frappe parfaite du gauche. lire aussi Griezmann envoie l'Atlético en huitièmes de finale, Porto reversé en Ligue Europa La différence est venue du talent des deux équipes dans les zones décisives, le Real se montrant de plus en plus dangereux au fil du match, en deux ou trois passes seulement, surtout en fin de période, avec une grosse occasion manquée par Jovic (36e), la frappe de Casemiro sur le poteau (45e), puis la situation gâchée par Rodrygo (45e+1). Sans Karim Benzema, l'animation offensive du Real aura été différente, mais Jovic aura été plutôt intéressant par ses déplacements et sa justesse. voir aussi L'Ajax, déjà qualifié, réussit le carton plein, Dortmund, éliminé, sort en étrillant Besiktas Au repos, les Nerazzurri pouvaient alors regretter de n'avoir pas été plus précis dans le dernier geste, comme sur ces occasions de Brozovic (7e), Perisic (12e et 31e) et Dzeko (25e). Ses regrets se seront étendus jusqu'à la 48e minute et à la grosse occasion manquée par Barella (48e), l'international italien compliquant définitivement la tâche des siens en réagissant mal à un coup d'épaule de Militao, qui l'avait propulsé dans les balustrades. Le rouge de Barella (64e), sévère en regard du jaune accordé au défenseur madrilène, a permis au Real de gérer tranquillement la fin de la partie, et d'inscrire un deuxième but superbe, un enroulé d'Asensio avec poteau rentrant (79e).

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles