Foot - C1 - Rennes - Stéphan, entraîneur de Rennes, après la défaite à Chelsea : « Les joueurs méritaient autre chose »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

L'entraîneur rennais a rendu un hommage appuyé à ses joueurs, malgré la lourde défaite à Chelsea, mercredi soir en C1 (3-0). « On voulait vraiment montrer le visage d'une équipe qui ne baisse pas les bras. » « Comment ressortez-vous de ce match ?
Je suis d'abord très frustré pour les joueurs, car ils méritaient autre chose au regard de leur performance, de leur débauche d'énergie, du courage dont ils ont fait preuve. Donc il y a beaucoup de frustration pour eux. Après, il y a ce penalty qu'on concède, qu'on peut éviter à la 9e minute et derrière, on a continué dans notre plan de jeu, on les a assez bien pressés, été assez justes et performants dans l'utilisation du ballon. On a créé des bons décalages, on a pu centrer, mettre des ballons dans la surface, obtenir des coups de pied arrêtés... On était bien dans le match, et la décision de la 40e minute de jeu vient complètement anéantir nos espoirs. Quand tu es mené 2-0 à Chelsea à dix, ça devient compliqué. Malgré ça, en deuxième, on a continué à essayer, les joueurs ont été admirables, ils auraient mérité de jouer ce match dans d'autres conditions. « Ils ont revu, ils ont checké, ils ont pris leur décision, mais nous, on ne la comprend pas » Sur le deuxième penalty, le ballon touche d'abord la jambe de Dalbert avant son bras, et le règlement stipule qu'il n'y a pas penalty quand le ballon vient au bras après avoir touché une autre partie du corps. Avez-vous un sentiment d'injustice, d'incompréhension ?
Oui, de l'incompréhension car j'étais sur ce règlement-là aussi, à moins qu'il ait changé et qu'on n'en ait pas eu connaissance. Sinon, il faudrait demander à l'arbitre qui a pris sa décision en son âme et conscience. Derrière, je pense aussi qu'il doit y avoir de la psychologie, parce qu'on tue le match quand on met un deuxième carton jaune à un joueur sur ce genre de situation. On sait que le match est terminé, donc il y a une double incompréhension. Mais ils ont revu, ils ont checké, ils ont pris leur décision, mais nous, on ne la comprend pas, on ne comprend pas pourquoi on checke ça et pas la main de Zouma à la 7e minute de jeu. Je ne veux pas tomber dans la théorie du complot, mais c'est vrai qu'on est frustrés par ces décisions qui ont eu un impact très important sur le déroulé du match et le résultat. Ce qui s'est passé aujourd'hui (mercredi) est très surprenant, je ne pense pas que ça se serait réalisé de l'autre côté, mais je vais m'évertuer à commenter ce qu'il s'est passé sur le terrain au niveau foot, tactique et technique. lire aussi Bourigeaud : « Le scénario est frustrant » Au vu de la situation du groupe, songez-vous désormais surtout à la troisième place ?
Il reste trois matches, on va les jouer pour entreprendre, pour prendre un maximum de points, rendre fier notre public, et on verra ce que ça donnera, mais on n'est qu'à la moitié. Et pour le moment, je pense juste à la récupération pour les joueurs, car on a un deuxième match de Ligue des champions samedi à Paris après avoir joué 50 minutes à dix. »