Foot - C1 - Tirage - Ligue des champions : Monaco dans un autre monde

L'Equipe.fr
Le club de la Principauté est l'intrus du dernier carré européen. On ne sait pas quel adversaire lui souhaiter en demi-finales.

Le club de la Principauté est l'intrus du dernier carré européen. On ne sait pas quel adversaire lui souhaiter en demi-finales.Bernardo Silva a défini l'étendue du problème en une phrase, mercredi soir, après la qualification obtenue contre le Borussia Dortmund (3-1) : « Pour tous les joueurs de l'équipe, ce sera la première demi-finale de Ligue des champions. » Le milieu offensif portugais a vingt-deux ans, et dans son cas cela constitue une explication recevable. Mais tous les autres, même les plus âgés, comme Danijel Subasic (32 ans), ou les plus aguerris, comme Radamel Falcao (31 ans), n'ont pas encore eu la chance d'atteindre le dernier carré de la plus prestigieuse compétition de clubs au monde, dont le tirage au sort aura lieu ce midi à Nyon, au siège de l'UEFA. Pour l'effectif de l'ASM, la découverte est programmée début mai, et il sera bien reçu, quel que soit l'hôte. Les deux clubs de Madrid comme la Juventus Turin sont abonnés aux demi-finales de C 1. Ils connaissent par cœur la nature de ces rencontres à très haute altitude.Déjà, ne pas arriver complètement rincéEt si l'expérience de ces rendez-vous est aussi importante que la légende le prétend, alors l'infographie ci-contre a de quoi plonger les supporters monégasques dans l'angoisse. Face à eux, ils trouveront des adversaires qui disputent des matches de C 1 comme d'autres vont déguster le poulet-frites de belle-maman chaque dimanche midi.Ce niveau est une habitude pour ces clubs. Les deux voisins de la capitale espagnole se sont affrontés en finale lors de deux des trois dernières éditions. Entre-temps, c'est la Juventus qui atteignait ce stade (1-3 contre Barcelone), après avoir difficilement écarté l'ASM en quarts de finale.Alors, que faut-il souhaiter aux Monégasques ? Déjà de ne pas arriver complètement rincés à l'aller : ils ont réussi l'exploit d'être les premiers à atteindre une demi-finale de Ligue des champions après avoir commencé leur parcours dès le troisième tour préliminaire, et il est possible qu'ils finissent par en payer le prix.Le match aller sera le 58e de l'ASM, toujours en course sur trois tableaux (C 1, L 1 et Coupe de France) et condamné, d'ici au 2 ou 3 mai, à continuer au rythme de deux rencontres par semaine. Arriver dans une forme convenable constituera un préalable. Ensuite, rien ne sera simple. Ni contre l'Atlético de Madrid, l'ancien club de Radamel Falcao, cette équipe qui n'en finit pas de faire déjouer les autres, dont le positionnement bas pourrait priver l'ASM des espaces qu'elle aime tant.Le Real, au moins, évoque de bons souvenirsNi contre la Juventus Turin, deux buts encaissés sur l'ensemble de la compétition, zéro contre la redoutable MSN (Messi-Suarez-Neymar) au tour précédent, qui a viré à la démonstration. Ni contre le Real Madrid de Cristiano Ronaldo, l'homme aux 101 buts dans l'épreuve, sorti vainqueur d'un duel de haut vol avec le Bayern Munich. Au moins, le champion d'Europe en titre évoque de bons souvenirs aux supporters monégasques. En 2004, Ludovic Giuly et ses copains avaient renversé les Galactiques de Zinédine Zidane (joueur) en quarts, sur la route de la finale perdue face au FC Porto de José Mourinho.Des trois adversaires potentiels, c'est le Real qui ouvre le plus de portes aux offensives venues d'en face. C'est son profil qui se rapproche le plus de Dortmund, Manchester City, voire Tottenham et Leverkusen, les principales victimes européennes de Monaco en 2016-2017.Quand on en est à imaginer que le club aux onze Coupes des clubs champions européens ne constitue pas forcément un si mauvais tirage, c'est qu'on va loin ? C'est exactement ça : cette saison, Monaco nous emmène vraiment loin. A voir : Comment l'ASM est revenue de loin

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages