Vainqueur de Wolfsburg, Lille rejoint les huitièmes de finale et termine en tête de son groupe

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Burak Yılmaz
    Footballeur turc

Solide et efficace sur le terrain de Wolfsburg (3-1), ce mercredi, le LOSC, premier de son groupe, a assuré avec brio sa qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Salzbourg est l'autre qualifié, au détriment de Séville. 

Le match : 1-3 

Il y aura bien deux représentants français en huitièmes de finale de la Ligue des champions : après le PSG, deuxième de sa poule derrière City, Lille a validé ce mercredi soir son billet pour le tour final en l'emportant largement à Wolfsburg (3-1). Avec, en prime, la première place de son groupe et donc un statut de tête de série pour le tirage au sort, prévu lundi. lire aussi Le film de Wolfsburg-Lille Qui aurait pu prédire, il y a quelques semaines encore, une telle destinée pour le LOSC, avec ses deux petits points au bout de trois journées ? Les joueurs de Jocelyn Gourvennec ont réussi à tout renverser sur la phase retour, battant ses trois adversaires à la suite. Dans une Volkswagen Arena à jauge réduite (seulement 6 000 spectateurs), le champion de France a fait ce qu'il fallait : marquer vite, grâce à Burak Yilmaz sur un contre idéalement mené (11e), résister et faire le break, par l'intermédiaire de son meilleur buteur Jonathan David (72e ; sa 14e réalisation de la saison), avec l'aide du poteau droit. Et les Lillois en ont même ajouté un troisième, signé Angel Gomes (78e), sur une nouvelle récupération haute. Le dénouement rêvé. La réduction de l'écart anecdotique de Renato Steffen (88e) n'a, en rien, altéré la joie des Dogues. C'est la deuxième fois que Lille rallie la phase à élimination de la C1 après l'édition 2006-2007, soit il y a quinze ans, avec une sortie dès les 8es face à Manchester United (0-2, score cumulé). À eux de faire mieux et d'écrire un peu plus l'histoire européenne du LOSC. Le joueur : « Jorko » au rendez-vous Perturbé depuis lundi soir et un cambriolage à son domicile lillois, Jonathan Ikoné n'a pas abordé cette rencontre dans les meilleures conditions. Mais son coach a tenu à la maintenir dans le onze, à raison. Toujours dans sa position de milieu offensif excentré droit, l'ancien Parisien a fait de nombreuses différences dans son couloir. C'est lui, entre vitesse et justesse, qui a parfaitement remonté le ballon sur l'ouverture du score nordiste de Yilmaz (11e). En seconde période, « Djorko », précis dans ses transmissions et précieux avec son repli, aurait aussi pu marquer au terme d'une folle chevauchée, mais Koen Casteels a sorti sa frappe d'une jolie claquette (53e), ou sur ce centre contré (69e) et ce tir repoussé (82e). Entre-temps, il avait délivré une nouvelle offrande, à Gomes cette fois, pour le but du K.-O. (78e). Ikoné avait déjà été auteur du but victorieux à Séville (2-1), début novembre, qui avait complètement relancé son équipe en C1. Il n'avait d'ailleurs plus été décisif depuis ce soir-là.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles