Foot - C3 - Lille - Christophe Galtier (Lille) avant le match de Ligue Europa contre le Sparta Prague : « On espère vivre des grands moments »

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

L'entraîneur du LOSC, en tête du groupe H de Ligue Europa, reçoit le Sparta Prague ce jeudi (18h55) et espère pouvoir se qualifier avant la dernière journée. « Comment votre groupe a-t-il préparé ce dernier match de poule à domicile ?
Sérieusement. Les joueurs ont connu une phase de récupération après leur match à Saint-Etienne dimanche. Ils ont travaillé mardi et ce matin (mercredi). Comme depuis un moment, il y a peu de charge de travail entre les rencontres. On travaille sur notre plan de jeu et les aspects technico-tactiques. Sans tenir compte de l'importance du résultat. Mes joueurs sont assez grands pour comprendre que nous serons qualifiés si nous l'emportons. Et conscients que le Sparta s'est relancé au classement. On doit être très vigilants par rapport à ça. Il ne peut pas y avoir d'excès de confiance ou de relâchement. lire aussi Le groupe H de Ligue Europa Que pensez-vous de votre adversaire ?
C'est une équipe redevenue performante en Championnat et en Ligue Europa. Leur organisation varie. Ils ont joué contre nous en 4-4-2 alors qu'ils étaient habitués au 5-3-2. C'est comme ça qu'ils ont battu le Celtic (deux fois 4-1). Après, il y a ce qu'ils peuvent présenter et ce que nous devons mettre dans ce match-là en termes de rythme, de détermination pour donner le maximum et faire en sorte d'être qualifiés demain soir (jeudi). C'est un match décisif. Je ne sais pas si l'enjeu qui les anime peut aider. S'ils étaient éliminés, ils ne seraient pas venus avec leur onze majeur. On est tous logés à la même enseigne : on enchaîne les matches. Ils ont le droit d'espérer. Mais on ne doit pas penser à ce qui s'est passé au match aller (4-1, et Lille avait joué à onze contre dix dès la 24e minute).

A Saint-Etienne, votre équipe a tardé à entrer dans le match en première période. Doit-elle progresser dans son approche mentale ?
Si on parle de cette première période, cela ne ressemblait pas du tout à celle que nous avons connue à Brest (2-3 le 8 novembre après la victoire à Milan). Mais il y a le fait d'avoir procédé à beaucoup de changements dans l'équipe de départ (six). J'ai la chance de pouvoir aligner une équipe compétitive malgré les changements. Parfois, ça met du temps à se remettre en place au niveau des associations. Je retiens notre deuxième période positive. Demain (jeudi), ce sera la Coupe d'Europe. On peut imaginer mon onze de départ. Il y aura des repères avec de l'énergie pour ceux qui n'ont disputé qu'un match par semaine. L'Europe demande un engagement total et c'est là-dessus que je vais insister. Dans cette compétition, on a connu une seule difficulté face au Celtic (2-2). Demain (jeudi), il faudra être présent jusqu'à la 95e minute pour faire en sorte de se qualifier. « Je ne suis pas le porte-parole des clubs français » Comment vivez-vous le fait d'être considéré par certains comme le porte-étendard du foot français en Coupe d'Europe ?
Je refuse que l'on pense ça. Paris, Rennes, l'OM disputent une compétition très difficile. C'est dur aussi pour Nice. Quand on n'est pas souvent dans cette compétition, c'est difficile d'y revenir. Je ne suis pas le porte-parole des clubs français. La saison passée, on a vécu une saison difficile en Ligue des champions (un point). Même quand on était bien dans le jeu, on n'arrivait pas à gagner des matches. On a envie de se qualifier en seizièmes de finale. C'est l'objectif défini par mon président et accepté par le groupe. On espère tous retrouver des ambiances dans les stades fin février. Et vivre des grands moments chez nous et à l'extérieur. On a 8 points. On n'est pas qualifiés. J'espère qu'on aura la chance de l'être demain soir. Comprenez-vous que les troisièmes des groupes de Ligue des champions soient reversés en Ligue Europa ?
Je suis contre cela. Je n'ai pas cette vision. Il y a sûrement un intérêt de l'UEFA à avoir encore des affiches. Mais je m'y oppose. On peut tomber sur un gros de Ligue des champions qui n'a pas eu de chance. Encore plus cette saison avec cette épidémie de covid, les blessures, etc. »