Foot - C3 - OL - Christophe Jallet (Lyon) : «Dans les têtes, l'événement devient secondaire»

L'Equipe.fr
Au lendemain du quart de finale contre Besiktas, le latéral lyonnais Christophe Jallet était encore attristé des incidents qui ont perturbé la rencontre, et un peu fataliste.

Au lendemain du quart de finale contre Besiktas, le latéral lyonnais Christophe Jallet était encore attristé des incidents qui ont perturbé la rencontre, et un peu fataliste.«Avez-vous digéré les événements de jeudi soir ?C'est un peu difficile de jouer au foot en ce moment. Il y a des animations extérieures dont on se passerait bien... Il faut se replonger dans un match de foot alors qu'il y a tous ces à-côtés, ce n'est pas évident mais on a réussi à le faire. Cette victoire nous permet d'espérer une qualification.Comment avez-vous le report de quarante-cinq minutes du coup d'envoi ?On vit ça avec beaucoup de tristesse. On ne joue pas au foot pour vivre ça. C'est choquant surtout lorsqu'on se prépare depuis trois-quatre jours pour démarrer à 21h05. Ce sont quarante-cinq minutes de doute, de tristesse et de colère. Ce n'était pas facile parce qu'on ne savait même pas si le match allait avoir lieu. On avait nos familles en tribunes, il y avait des enfants... Le foot devient secondaire dans ces moments-là.Aimez-vous toujours le foot ?Oui, c'est ma passion, c'est en moi. On vient au stade pour vivre des émotions mais pas celles d'hier soir. Ça relève du domaine sociétal, ce n'est plus du sportif. C'est dommageable de voir ces débordements nauséabonds comme il en a déjà pu y en avoir à Dortmund. Nous, on est là pour faire plaisir aux gens.«On a été victime d'agression»Ces incidents ont-ils gâché votre plaisir de disputer un quart de finale de Coupe d'Europe ?Quelque part, oui. Dans les têtes, l'événement devient secondaire alors qu'on n'a pas tous les jours la chance de jouer de tels matches. Malheureusement, comme je le constate, on passe plus de temps à parler de ce qui se passe à côté que du terrain.Avez-vous des craintes concernant le match retour ? Souhaitez-vous qu'il se dispute à huis clos ?Ce sera compliqué d'avoir un huis clos. Pour l'avoir vécu récemment à Metz, il manque quelque chose... Nous, on n'est que des maillons de la chaîne. Quoi qu'il arrive, on s'adaptera. Même si le contexte est compliqué, je n'ai pas d'appréhension. Il ne faut pas se mettre de pression supplémentaire ou se dire qu'il va se passer des choses terribles. C'est un match à jouer, à nous de nous préparer pour cet évènement sportif. Le reste ne nous concerne pas.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages