Foot - C3 - Trois ans après Ventspils-Bordeaux, en Ligue Europa, le club letton et l'arbitre russe de la rencontre ont été suspendus par l'UEFA

·2 min de lecture

Le club letton de Ventspils et un arbitre russe viennent d'être punis par l'UEFA suite à une enquête sur un trucage de match présumé. L'affaire concerne un tour préliminaire aller de Ligue Europa disputé face aux Girondins de Bordeaux, fin juillet 2018. Une victoire bordelaise 1-0 à l'extérieur, le 26 juillet 2018, lors d'un deuxième tour préliminaire aller de Ligue Europa, arbitré par le Russe Sergueï Lapochkine. Près de trois ans plus tard, cette obscure rencontre entre les Lettons du FK Ventspils et les Girondins fait reparler d'elle, suite aux sanctions infligées le 9 juin par l'UEFA au club letton et à l'arbitre russe, dans une affaire en lien avec les matches truqués. Ces sanctions découlent des résultats de l'enquête de l'instance européenne sur cette rencontre. Indirectement mêlé à cette histoire, Bordeaux n'a pas été mis en cause. « Jamais mis en danger, excepté à la 32e minute, les Girondins ont profité de l'ouverture précoce du score pour se dégager la route du succès à un rythme pépère », avait écrit L'Équipe, à l'époque, dans son compte rendu. Après avoir écopé d'une sanction provisoire fin mars, Sergueï Lapochkine, qui figurait sur la liste des arbitres internationaux de la FIFA depuis 2013, a été suspendu dix ans (au niveau national et international) par la commission de contrôle, d'éthique et de discipline de l'UEFA. Lapochkine avait été approché avant le match par de potentiels corrupteurs et n'avait pas signalé l'incident à la Confédération européenne, ce qui a notamment motivé sa longue suspension. Antécédents moldaves De son côté, Ventspils doit purger une interdiction de sept ans de toute compétition européenne. Deux dirigeants du club letton accusés de « fraude, pots-de-vin et/ou corruption » et de « violation de l'intégrité des matches » ont également été sanctionnés. Le directeur sportif, Nikolajs Djakins, a été suspendu quatre ans. Quant à l'ex-patron du club Adlan Shishkhanov, d'origine ingouche, il a été banni à vie de toute activité dans le football. Shishkhanov était déjà placé sur une « liste noire » de l'État letton depuis août 2020, suite à son implication dans une procédure pénale liée à des versements de salaires présumés occultes. Il a démissionné de Ventspils en avril dernier. Avant son aventure balte, il fut aux manettes d'un club moldave, le Dacia Chisinau, de 2010 à 2017, sur lequel avait pesé le même genre de suspicions. Le Dacia Chisinau a cessé son activité en 2018, alors que plusieurs affaires de corruption ont secoué le football moldave ces dernières années. Le FK Ventspils a déjà fait l'objet de nombreuses alertes concernant la suspicion de matches truqués par le passé et faisait partie du « gratin » européen dans ce domaine. Le 27 août dernier, les paris sur la rencontre à domicile du club letton face à un (autre) club moldave, le Dinamo-Auto Tiraspol, lors du premier tour préliminaire de la Ligue Europa, avaient été retirés des marchés juste avant le début de la rencontre.