Foot - CAN - ALG - CAN : Benlamri, Bennacer, Mahrez... que sont devenus les vainqueurs algériens de 2019 ?

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Victorieux (1-0) contre le Sénégal en finale de la dernière Coupe d'Afrique des nations, où évoluent aujourd'hui les joueurs algériens qui avaient montré de belles promesses en 2019 ?

Dans le Big Five européen
Le deuxième sacre de l'Algérie, en finale de la Coupe d'Afrique des nations en 2019, le 19 juillet contre le Sénégal (1-0), restera longtemps dans les mémoires. Parmi les joueurs clés de cette formation figure le capitaine et attaquant des Fennecs Riyad Mahrez (29 ans), élément également indispensable du Manchester City de Pep Guardiola, formation avec laquelle il a notamment disputé 33 rencontres de Championnat la saison dernière (11 buts, 9 passes décisives).

Toujours outre-Manche, Islam Slimani (32 ans), sur le banc lors de la finale, évolue actuellement avec les Foxes de Leicester alors qu'il avait inscrit neuf buts sous les couleurs monégasques l'année dernière. Hélas, il n'a disputé que 19 minutes depuis le début de saison.

Le défenseur central Aïssa Mandi (29 ans), qui était aussi un élément important du dispositif de Djamel Belmadi, joue lui aussi en Europe, en Espagne au Betis Séville. Il a d'ailleurs récemment porté le brassard de capitaine, face à Getafe (3-0), où il a été expulsé et face à l'Atlético (2-0).

Ismaël Bennacer (22 ans), élu meilleur joueur de la dernière CAN, continue d'impressionner par son talent à l'AC Milan. Le milieu de terrain, qui évolue aux côtés de Zlatan Ibrahimovic, a encore pas mal d'années devant lui. Tout comme Ramy Bensebaini (25 ans), le défenseur central du Borussia Mönchengladbach et ancien joueur de Rennes (2016-2019), qui est considéré comme l'un des meilleurs à son poste en Bundesliga. Contre le Sénégal, ce dernier était associé à Djamel Benlamri (30 ans), qui a rejoint l'OL lors du dernier mercato. Sa première apparition, contre Lille (1-1), le 1er novembre, a été remarquée.

lire aussi
Bennacer, le phénomène de l'Algérie à la CAN

En Ligue 1, il est aussi important de mentionner Youcef Atal (24 ans), l'arrière droit algérien de l'OGC Nice. Sorti sur blessure lors du quart de finale de la CAN contre la Côte d'Ivoire (1-1, 4-3 aux t.a.b.), Atal a souffert d'une fracture de la clavicule qui l'a vu s'absenter des terrains pour plusieurs semaines. Mais son avenir reste très prometteur.

L'attaquant de Montpellier Andy Delort (29 ans), qui a obtenu la nationalité algérienne en mai 2019, avait aussi défendu les couleurs des Verts lors de la CAN. Il fait à ce jour partie des buteurs les plus prolifiques du Championnat de France.

En Arabie Saoudite
Beaucoup de joueurs algériens ont évolué en Arabie Saoudite. Parmi eux, Raïs M'Bolhi (34 ans), le gardien titulaire de l'Algérie, qui a été d'une grande importance en finale pour permettre à son équipe d'arracher la victoire, joue à Ettifaq, dans la ville de Dammam. Et dans ce même Championnat, le natif de Paris a l'occasion de côtoyer deux de ses partenaires en sélection, qui ont aussi remporté la CAN en 2019 : Youcef Belaïli (28 ans), l'ailier gauche qui évolue à Al-Ahli, et Mehdi Tahrat (30 ans), l'ancien Lensois, qui joue désormais à Abha.

Au Qatar
Yacine Brahimi (30 ans), le milieu offensif qui a perdu son statut de titulaire indiscutable avec les Fennecs (22 minutes disputées lors de la CAN 2019), mis à l'écart notamment par Youcef Belaïli, a atterri au Qatar, dans le club d'Al Rayyan. Un choix discutable certes, mais qui lui a permis, lui aussi, de retrouver des coéquipiers de sélection.

En effet, Baghdad Bounedjah (28 ans), auteur de l'unique buteur en finale de la CAN dès la 2e minute, évolue du côté d'Al-Sadd, alors qu'Adlène Guedioura (34 ans), lui aussi l'un des artisans de la victoire des Fennecs, défend les couleurs d'Al-Gharafa.