Foot - CM 2019 (F) - Bleues : Corinne Diacre veut des joueuses «avec les dents qui rayent le parquet»

L'Equipe.fr
En marge de la présentation de la Coupe du monde 2019 en France, ce mardi à Paris, la sélectionneure de l'équipe de France Corinne Diacre a tiré un premier bilan depuis son arrivée fin août à la tête des Bleues. Elle a également dévoilé sa feuille de route.

En marge de la présentation de la Coupe du monde 2019 en France, ce mardi à Paris, la sélectionneure de l'équipe de France Corinne Diacre a tiré un premier bilan depuis son arrivée fin août à la tête des Bleues. Elle a également dévoilé sa feuille de route. «Votre objectif est clair : gagner le Mondial 2019. Comment allez-vous aborder votre mission, avec la particularité de vivre ce tournoi à domicile ?Vingt mois de préparation ça peut être court, mais aussi très long. On ne sait pas ce qui peut se passer en 20 mois. Il peut y avoir des blessures, de la méforme, plein de choses. A moi de trouver non pas une solution mais plusieurs, pour arriver le 7 juin 2019 avec une équipe plus que compétitive. La pression, quand vous êtes compétiteur, vous l’avez toujours. Il suffit juste de la supporter. Quand on arrive à faire ça, la pression est moindre. Ce qui prédomine aujourd’hui, c’est la fierté. On n’a pas le droit à l’erreur, mais la pression doit être positive.Quel est l’objectif avant le début du Mondial ?Reconstruire une équipe à ma façon. J’ai envie d’avoir un bon mélange entre les anciennes et les jeunes, mettre un peu de fougue, leur apporter de la confiance. Le talent, elles l’ont, à elles de l’exprimer.Votre première liste a été surprenante, allez-vous continuer à appeler de nouveaux visages ?On va faire le tour des clubs, il va y avoir un suivi. Il y a une très bonne relation entre les entraîneurs de D1 et moi-même. Tout le monde sera gagnant. Des joueuses, il y en a d’autres à voir, il faut ouvrir un petit peu plus. Il faut moins sélectionner des joueuses de Lyon et du PSG, qui de toute façon ont de plus en plus d’internationales étrangères. J’ai envie que les joueuses qui viennent aient les dents qui rayent le parquet, le maillot bleu, ça se mérite.Il n’y a pas encore de capitaine désignée dans votre équipe…Il faut du changement, donc pourquoi pas sur le brassard ? Le capitanat, c’est un rôle à jouer, mais c’est aussi beaucoup de devoir. Il y a une mission à respecter. J’ai mis deux personnes différentes (Laure Georges et Amandine Henry) sur les deux premiers matches. Je veux me poser, faire le bilan de ces 10 premiers jours, et penser au prochain match.Wendie Renard peut-elle le retrouver ?On va en discuter avec Wendie. Je lui ai dit que je lui enlevais parce que je souhaitais qu’elle se reconcentre sur ses performances individuelles, pour moi elle s’occupait trop des autres et pas assez d’elle. Ses performances - pour moi en tous les cas - étaient très en deçà de ce qu’elle peut faire.N’est-ce pas vous la capitaine de l’équipe de France finalement ?J’ai peut-être ça en moi. J’ai eu l’opportunité d’avoir le brassard en équipe de France, je sais qu’à cette époque-là je n’ai pas tout bien fait. Je me sers de mon expérience. J’ai un rôle différent, j’ai mûri, évolué, grandi. J’ai envie d’accompagner ces jeunes joueuses, leur donner leur chance. Il faut que je puisse les voir sur des matches internationaux. Sinon on ne va jamais se faire une idée, on sélectionnera toujours les mêmes joueuses, et on fermera la porte à des joueuses qui méritent d’être là.Est-ce que le groupe tricolore à la Coupe du monde 2019 sera constitué des 23 meilleures joueuses françaises ?Il y aura des bonnes joueuses, mais à moi de trouver les bons automatismes. En 98, Aimé Jacquet avait fait des choix forts, il n’avait pas pris les meilleurs, comme Cantona. Je dois trouver cela également. Je dois constituer la meilleure équipe, et ce n’est pas forcément une équipe constituée des meilleures joueuses.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages