Foot - CM 2019 (F) - Reims défend sa candidature pour la Coupe du monde féminine en 2019 à Paris

L'Equipe.fr
Présente parmi les onze villes présélectionnées, Reims veut figurer dans la liste finale des neuf retenues pour accueillir la Coupe du monde féminine en 2019.

Présente parmi les onze villes présélectionnées, Reims veut figurer dans la liste finale des neuf retenues pour accueillir la Coupe du monde féminine en 2019.À la suite de l'interview d'Élise Bussaglia, publiée jeudi dans nos colonnes, intitulée « Même à Auguste-Delaune, ils n'ont pas ça », le Stade de Reims a tenu à réagir. Dans un communiqué, le club champenois regrette que son enceinte, «inaugurée en 2008 d'une capacité de plus de 21 000 places et dont la pelouse est actuellement notée 19,1/20 par la LFP », soit comparée à « une enceinte allemande, renovée de 5000 places». En fait, dans l'anecdote racontée au cœur de l'article par la milieu des Bleues, les journalistes champenois faisaient référence uniquement à la zone mixte et non aux autres installations (conditions d'accueil, capacité, pelouse...).La qualité de ses infrastructures permet d'ailleurs à Reims de figurer parmi les onze villes candidates à l'organisation de matches de la Coupe du monde femmes 2019 (avec Lyon, Nice, Auxerre, Le Havre, Grenoble, Montpellier, Nancy, Paris, Rennes et Valenciennes, neuf retenues au final). Une délégation champenoise, composée notamment d'Arnaud Robinet, le maire LR de la ville, se rendra ce vendredi à Paris, au siège de la FFF, afin de présenter son dossier à l'oral. Parmi les atouts majeurs du Stade de Reims, sa pelouse remplacée l'été dernier, moyennant un investissement de 2 M€, et entretenue grâce à de la luminothérapie (coût d'entretien 300 000 €).

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages