Foot - CM 2022 - Coupe du monde au Qatar : Amnesty International interpelle la Fédération française

·1 min de lecture

Dans une tribune au « Monde », vendredi, l'ONG dénonce à nouveau les conditions de travail des travailleurs migrants au Qatar. À un an du Mondial, elle demande à la FFF « d'intercéder auprès de la FIFA afin qu'elle fasse pression sur le Qatar ». « Le Mondial 2022 au Qatar, c'est un petit peu de sport, énormément d'argent, et des violations massives des droits humains. » Dans une tribune au journal Le Monde, vendredi, la présidente d'Amnesty International France Cécile Coudriou, dresse un état des lieux sans concession de la situation dans le pays qui va accueillir la planète football dans un an (21 novembre-18 décembre 2022). « La pétromonarchie a vu mourir des milliers d'ouvriers sur ses chantiers destinés au Mondial, sans enquêter sur ces "accidents de travail", ni bien sûr reconnaître sa responsabilité, affirme la responsable de l'organisation de défense des droits humains. Le Qatar continue encore aujourd'hui de maintenir des employés, hommes ou femmes, dans des conditions de quasi-servitude », poursuit-elle. Ce constat fait écho à celui dressé dans des termes comparables par May Romanos, porte-parole d'Amnesty International, il y a quelques jours à l'antenne de la chaîne L'Équipe. Cécile Coudriou, présidente d'Amnesty International France « La Fédération [...] continue de nous refuser tout entretien sur le sujet, et les champions du monde - certains rémunérés en club par les Qataris - demeurent muets Mme Coudriou demande au nom d'Amnesty des « conditions décentes » de travail pour les migrants, « des enquêtes sur les morts causées sur les chantiers » et « une indemnisation juste » des familles des victimes. « Nous n'appelons cependant pas au boycott de la Coupe du monde, car nous avons choisi d'utiliser cet événement pour mieux braquer les projecteurs. » La signataire se félicite à cet égard que « certaines équipes et fédérations nationales (Suède, Pays-Bas) ont pris conscience de cette situation dramatique et l'ont déjà dénoncée publiquement » et demande à la FFF de faire de même. « La Fédération française de football continue de nous refuser tout entretien sur le sujet, et les champions du monde - certains rémunérés en club par les Qataris - demeurent muets. C'est pourquoi nous demandons à la FFF d'intercéder enfin auprès de la FIFA, dont les bénéfices attendus lors de cet événement sont colossaux, afin qu'elle fasse pression sur le Qatar pour qu'il modifie profondément, concrètement, et durablement, les conditions de travail des personnes migrantes. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles