Foot - CM 2022 - Après son « coming out », Josh Cavallo, a « très peur » de se rendre au Qatar

·1 min de lecture

Si l'Australie se qualifiait pour la prochaine Coupe du monde, Josh Cavallo, milieu de 21 ans, aurait « très peur » de se rendre au Qatar en raison de la répression des homosexuels dans le pays. Le milieu australien Josh Cavallo, qui a fait son coming out le mois dernier, confie au Guardian, ce lundi, qu'il hésiterait à se rendre au Qatar pour la prochaine Coupe du monde en raison de la répression des homosexuels dans ce pays. Le joueur de 21 ans, qui évolue à Adelaïde United en A-League, a joué en sélection pour les moins de 20 ans mais jamais encore avec les A. Il explique dans un podcast du quotidien britannique qu'il aurait « très peur » d'aller au Qatar si l'Australie se qualifiait et qu'il était retenu pour participer au tournoi. lire aussi Josh Cavallo « submergé » par les nombreux soutiens reçus après son coming out « J'ai lu quelque chose du genre qu'[ils] prononcent la peine de mort pour les homosexuels au Qatar, donc c'est un truc dont j'ai très peur et je ne voudrais pas vraiment aller au Qatar pour ça. » Les homosexuels seront les « bienvenus »... mais discrètement Depuis qu'il a été choisi comme hôte du Mondial en 2010, le Qatar a fait l'objet de vives critiques pour son traitement des personnes LGBT, ainsi que pour son bilan en matière de droits des femmes et de protection des travailleurs. L'année dernière, un rapport de l'Association internationale des lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexués (ILGA) a expliqué que selon des sources non identifiées, la peine de mort pourrait potentiellement punir des relations homosexuelles consenties au Qatar. lire aussi Coupe du monde 2022 : Toni Kroos critique ouvertement le Qatar Le directeur général de la Coupe du monde Qatar 2022, Nasser al-Khater, a déclaré en 2019 que « tout fan, de tout sexe, orientation (sexuelle), religion, race (devrait) être assuré que le Qatar est l'un des pays les plus sûrs du monde - et ils seront tous les bienvenus ici ». Il a cependant souligné que « les démonstrations publiques d'affection sont mal vues, cela ne fait pas partie de notre culture - mais cela s'étend à tout le monde (aux hétérosexuels aussi) ».

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles