Foot - Coronavirus - Coronavirus : la déprime gagne les joueurs et joueuses professionnels en France (FIFPro)

L'Equipe.fr
L’Equipe

Une nouvelle étude du syndical mondial des footballeurs professionnels révèle ce lundi des chiffres en forte hausse en France, concernant l'état psychologique de certains provoqué par la crise sanitaire actuelle. Après une première enquête commandée par le syndical mondial des joueurs professionnels (FIFIPro), révélant que plus d'un sur dix ressentait des symptômes dépressifs en raison de l'arrêt des compétitions dû à la pandémie du coronavirus, une autre étude, dont les résultats ont été publiés ce lundi sur le site de France Télévisions, permet de mieux se rendre compte de l'impact de la pandémie sur le secteur en France. Réalisée entre les mois de mars et avril, dans 16 pays et auprès de 1 513 joueurs pros, dont 356 dans l'Hexagone, elle montre que 28 % des joueurs et 50 % des joueuses français présentent des signes dépressifs, légers ou plus sévères.

Vincent Gouttebarge, directeur médical de la FIFPro « Je m'attendais à une hausse logique, mais pas autant » « Avec le confinement, je m'attendais à une hausse logique de ces chiffres, mais pas autant », reconnaît Vincent Gouttebarge, directeur médical de la FIFPro, en charge de cette enquête. « On essaye de sensibiliser au plus les joueurs et les clubs à ces problèmes psychologiques et au soutien qu'ils peuvent trouver », ajoute Philippe Lafon, directeur général de l'Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP), à l'origine de la sélection du « panel représentatif » de joueurs qui ont participé. « Mais c'est toujours vu comme une faiblesse dans ce milieu », constate-t-il. C'est la raison pour laquelle, dans le cadre du protocole médical conseillé par les médecins des clubs et validé par la Ligue (LFP), en vue de la reprise de l'entraînement, un examen psychologique pour chaque joueur est préconisé. Ces inquiétudes, les femmes le ressentent plus encore que les hommes. Selon l'étude de la FIFPro, 59 % de celles interrogées se posent des questions sur leur avenir.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi