Foot - Coupe - Une ambiance de feu dans le Chaudron pour la qualification de Saint-Étienne en finale de la Coupe de France

L'Equipe.fr
L’Equipe

Geoffroy-Guichard est entré en ébullition avec une qualification à la dernière minute sur un but de Boudebouz et un envahissement de terrain au coup de sifflet final. La Coupe leur tendait les bras. Représentée par un magnifique tifo géant à l'entrée des joueurs, constitué par les Magic Fans quelques minutes avant le début de cette seconde demi-finale, elle a fini par se rapprocher encore un peu plus d'eux, deux heures plus tard. Et il ne fallut pas patienter longtemps pour voir les Stéphanois, qui seront au Stade de France le 25 avril pour y défier le PSG, revenir sur la pelouse de Geoffroy-Guichard, à l'entrée du tunnel menant aux vestiaires, protégés par un cordon de sécurité, afin de communier avec leurs supporters. Une précaution nécessaire alors que ces derniers avaient envahi le terrain au coup de sifflet final, fous de joie après le but salvateur de Boudebouz dans le temps additionnel. En chef de meute, William Saliba s'emparait, alors, d'un micro et se muait en capo, aux côtés de ses coéquipiers et de son entraîneur, Claude Puel, accompagné de ses enfants. « Faites de ce rêve d'hier la réalité de demain », avaient encore affiché les Magic Fans, en référence sûrement à la dernière transhumance des Verts au Stade de France, le 21 avril 2013, pour une finale de la Coupe de la Ligue, remportée face à... Rennes (1-0). Mais l'histoire nous rappelait aussi que la dernière finale de Coupe de France - épreuve plus ancienne et prestigieuse - disputée par Saint-Étienne remonte à... 1982 ! Une autre époque, une autre ambiance, un autre stade. Le Parc des Princes, en l'occurrence. Et comme l'histoire, toujours, avait décidé d'offrir des clins d'oeil jeudi dans le Forez, on rappellera qu'il s'agissait déjà d'une rencontre face au PSG. Les Parisiens avaient soulevé le trophée pour la première fois (2-2, 6-5 aux t.a.b), le début de leur longue et belle histoire d'amour avec la doyenne des compétitions. Qualifiés pour la finale de la Coupe de France face à Rennes, les Verts s'offrent un bol d'air Mais le peuple vert, aujourd'hui, s'en moque. Les affres du Championnat mis de côté, il se prépare à déferler sur Saint-Denis afin de rappeler aux fans parisiens que leur club mythique a longtemps devancé le leur au palmarès (6 trophées, contre 12 désormais au PSG). Ils étaient un peu plus de 30 000 personnes, jeudi, dans un Chaudron... pas rempli pour cette (belle) occasion. Ils seront au moins autant dans un peu plus de sept semaines. Et les Green Angels pourront de nouveau sortir la banderole qui a trôné dans les hauteurs de leur tribune, annonçant clairement la marche à suivre : « Combattre pour son club. Mouiller le maillot. Respecter ses couleurs. » Ryad Boudebouz : « Des moments inoubliables » Ce fut parfaitement suivi, sur ce coup-là, par des joueurs stéphanois trop souvent blâmables cette saison, notamment au cours de matches d'une Ligue 1 qui n'a pas souvent semblé les intéresser. Les mêmes Green, eux aussi auteurs d'un magnifique tifo noir et blanc avant le match, ont accompagné leur fresque de ce double message : « C'est dans la broussaille que le danger s'est caché... », « Avertis les hermines car ce soir les bêtes sont lâchées ». Et prêtes, désormais, à aller chercher une septième couronne, alors que la dernière remonte à 1977 (contre Reims, 2-1).

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi