Foot - Coupe - Angers rejoint la finale de la Coupe de France en éliminant Guingamp

L'Equipe.fr
Angers s'est qualifié pour la finale de Coupe de France, en dominant Guingamp ce mardi (2-0), au stade Raymond-Kopa. Des buts de Mangani et Toko-Ekambi ont envoyé le SCO au Stade de France, alors que Letellier a stoppé un penalty de Briand.

Angers s'est qualifié pour la finale de Coupe de France, en dominant Guingamp ce mardi (2-0), au stade Raymond-Kopa. Des buts de Mangani et Toko-Ekambi ont envoyé le SCO au Stade de France, alors que Letellier a stoppé un penalty de Briand.

Le match : 2-0 Pour Angers, la troisième a été la bonne

Battu en demi-finale en 2011 par le PSG et par Bordeaux en 2014, le SCO n’est pas resté aux portes du Stade de France pour la troisième fois en six ans. L’équipe de Stéphane Moulin a validé son billet pour la finale de Coupe de France, grâce à un match maîtrisé contre Guingamp, pourtant habitué à briller dans la compétition. Si les Bretons ont mieux débuté le match, Angers a rapidement mis à exécution son plan habituel, en verrouillant parfaitement son bloc.

Le film du match

Guingamp a eu de grandes difficultés à trouver des failles face à une défense bien organisée, et le SCO a eu un temps fort avant la pause. Après une première tentative de Diedhiou (32e), Angers a trouvé l’ouverture par Mangani (voir par ailleurs), profitant d’un excellent déboulé de Bamba côté droit, après une mauvaise appréciation de Marçal (38e). Antoine Kombouaré s’est énervé dans sa zone technique pour réclamer une faute de l’ailier angevin, mais M.Millot n’a pas bronché. Frustré, Guingamp est peu à peu sorti de son match. Les hommes de Moulin, poussés par le stade Raymond-Kopa, ont maîtrisé la seconde période, manquant à plusieurs reprises l’occasion de faire le break (47e, 55e, 76e). Guingamp, jusque-là à côté de sa partie, a eu l’occasion rêvée d’arracher la prolongation, mais Letellier a repoussé le penalty de Briand (voir par ailleurs). Ainsi sauvé, Angers a profité du désespoir et de la démobilisation des Bretons pour faire le break, par Karl Toko-Ekambi à la dernière seconde (90e+2).

«Une finale serait l’aboutissement d’un travail de plusieurs années», estimait Vincent Manceau cette semaine. Le SCO s’est offert ce gâteau à force de labeur et même si l’adversaire sera gros - la demi-finale entre le PSG et Monaco a lieu mercredi (21h00) – il fera tout pour ne pas laisser échapper la cerise.

Le joueur : Mangani, la saison de la maturité

En fin de contrat en juin 2018, Thomas Mangani est courtisé (Bordeaux, Saint-Étienne, Montpellier, Toulouse, Fribourg, Mönchengladbach) et Angers va devoir se battre pour le garder cet été. A 29 ans, le milieu vit sûrement la meilleure saison de sa carrière, et l’a encore confirmé ce mardi. Associé à Ndoye en relayeur, avec Santamaria dans une position de sentinelle, Mangani a encore été le lanceur des offensives angevines, celui qui enclenche le mouvement du bloc vers l’avant.

En plus d’incarner la touche technique de l’entrejeu du SCO, l’ancien Monégasque a encore été décisif, comme souvent cette saison. Suite à la remontée de balle express de Bamba, il a su se montrer efficace dans la surface, en éliminant deux adversaires d’un crochet court du droit, avant de finir du gauche. Avec 6 buts toutes compétitions confondues (3 en L1, 3 en Coupe), Mangani réalise sa meilleure saison sur un plan statistique. Il a failli ajouter une passe décisive à sa prestation, mais la tête de Ndoye a manqué de peu le cadre (46e). Il a aussi manqué le doublé, avec un mauvais choix à bout portant (76e).

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages