Foot - Coupe de France - Coupe de France : le fils de Nicolas Penneteau qualifie le Gazélec Ajaccio pour les seizièmes de finale

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Opposée à Saint-Brice, club de la banlieue parisienne qui évolue en R1, l'équipe corse du Gazélec Ajaccio a gagné grâce à Maxime Penneteau, le fils du gardien de Charleroi. « Le héros du match, ce n'est pas moi, même si j'ai marqué le but de la victoire. » Maxime Penneteau n'a pas totalement tort. Auteur du but victorieux du Gazélec Ajaccio (N2) sur la pelouse de Saint-Brice, ce club du Val d'Oise qui évolue en R1, le jeune attaquant préférait applaudir et retenir la performance exceptionnelle de son gardien, Thibault Cottes.

En milieu de seconde période alors que les Ajacciens menaient 1-0 depuis la 18e minute et cette frappe vicieuse de Penneteau, Thibaut Cottes a arrêté un penalty frappé par Jesus Mafouta, buteur prolifique. Déséquilibré par Alexandre Gameiro da Conceicao après un gros effort, il a décidé de frapper. Il a choisi le milieu du but mais Thibault Cottes, du pied, a repoussé le ballon pour la plus grande déception des 200 spectateurs et fans de Saint-Brice, qui s'étaient rassemblés derrière le but corse. lire aussi Les amateurs qualifiés pour les seizièmes Malgré le huis clos imposé par la crise sanitaire, ils ont pu assister dans une chaude ambiance à cette magnifique rencontre de Coupe de France. Ils n'étaient pas dans une tribune mais derrière le grillage du parking d'une entreprise qui surplombe le petit stade de Saint-Brice. Durant toute la partie, ils ont poussé les banlieusards parisiens, remarquables depuis le début de l'épreuve avec des victoires sur Poissy (N2), les Ulis (N3) ou encore Drancy (N3). Maxime Penneteau « C'était important de passer, on l'a fait, on a été solidaires. On a souffert aussi mais c'est la Coupe. Le terrain n'était pas facile. On continue, c'est bien. » Mais le Gazélec Ajaccio était trop fort, emmené par Grégoire Pineau, impérial en défense centrale, Clément Goguey, un ancien de l'OM, Lucas Daury, le meneur de jeu, et Maxime Penneteau, l'attaquant prêté par le Stade de Reims. « C'était important de passer, on l'a fait, on a été solidaires. On a souffert aussi mais c'est la Coupe. Le terrain n'était pas facile. On continue. C'est bien. » Dans les vestiaires, il a reçu les félicitations de son père, Nicolas Penneteau, l'ancien gardien de Bastia et de Valenciennes, et qui évolue toujours en Belgique à Charleroi, où il est toujours titulaire, à presque 40 ans (il les aura le 28 février). Le Gazélec Ajaccio qui pourrait désormais recevoir une équipe de Ligue 2 ou de Ligue 1 a appris cette semaine que son Championnat reprendrait, avec peut-être dès le week-end prochain, la réception de Reims, un autre prétendant à la montée en Nationale, un Championnat que fréquentait, il y a quelques mois encore, le club corse.