Foot - Coupe - Monaco facile contre Quevilly-Rouen, Reims passe sur le fil face à Thaon en seizièmes de finale de la Coupe de France

·4 min de lecture

Vainqueurs respectivement de Quevilly-Rouen (3-1) et Thaon (1-0) ce dimanche, Monaco et Reims se sont qualifiés pour les huitièmes de finale de la Coupe de France. Monaco évite le piège Secouée par le limogeage de son entraîneur Niko Kovac jeudi, décimée par sept cas de Covid-19 et plusieurs forfaits de cadres comme Aurélien Tchouaméni, Djibril Sidibé ou Alexandre Golovine, l'AS Monaco pouvait craindre une fin d'après-midi difficile, dans un stade bondé qui attendait que Quevilly-Rouen la fasse tomber. Ce seizième de finale de Coupe de France n'a pourtant pas été si compliqué car Majecki a su intervenir devant Nazon (3e), avant que les stars ne soient au rendez-vous. Coupable d'avoir raté son duel avec Lemaître après avoir oublié de servir Boadu qui était seul face au but vide (24e), Ben Yedder s'est rattrapé en ouvrant le score sur penalty (32e), une spécialité maison. Positionné à droite du 4-4-2 installé par Stéphane Nado, l'entraîneur intérimaire, Kevin Volland s'est ensuite rapproché de l'axe pour inscrire le deuxième but en piquant le ballon (37e), mais QRM en avait encore sous la semelle. Après avoir éliminé Pavlovic, Kalidou Sidibé a enroulé sa frappe pour réduire l'écart (43e), et les supporters normands ont passé la mi-temps à espérer une seconde période folle. Elle ne l'a pas été car Volland était encore là pour marquer d'une jolie frappe du gauche (1-3, 51e), et les Monégasques n'ont plus été inquiétés. Ils ont plutôt enchaîné les occasions sous le regard de Philippe Clement, installé en tribunes aux côtés du vice-président Oleg Petrov et du directeur sportif Paul Mitchell. L'entraîneur belge n'est pas encore officiellement nommé et il est resté dans une position d'observateur en Normandie, mais il a vu une équipe qui n'a pas été perturbée par les soubresauts de la semaine. lire aussi Le film de Quevilly-Rouen - Monaco Reims à la dernière minute Dans le froid vosgien et devant plus de 2000 spectateurs bouillants, Thaon a longtemps cru s'offrir le scalp de Rémois incapables de concrétiser leur outrageuse domination. Mais alors que la séance de tirs au but semblait inéluctable, les pensionnaires de National 3 ont cédé. Sur un ultime coup franc côté gauche, Fraser Hornby, à peine entré en jeu, déviait le ballon au fond des filets (90+3). Le rêve de Thaon-les-Vosges prend donc fin en 16es de finale. Solides mais acculés, les Vosgiens ont tenu grâce à une solidarité sans faille. L'exclusion d'Hugo Ekitike (67e) leur a offert le droit d'y croire un peu plus. Mais la magie n'a pas opéré sur leurs trop rares incursions dans la moitié adverse. Les Rémois auraient pu se faciliter les choses bien plus tôt malgré seize absents au coup d'envoi. Supérieurs aussi bien athlétiquement que techniquement, ils passent une fois de plus par la petite porte. À l'image d'un Kebbal trop imprécis, le 14e de Ligue 1 a multiplié les maladresses dans les 20 derniers mètres et peut remercier Hornby pour ce but miraculeux qui leur a évité les tirs au but. lire aussi Le film de Thaon-Reims Linas-Montlhéry encore près de l'exploit Alors qu'ils avaient été agressifs, très emballants même, à l'entame de leur rencontre au tour précédent face à Angers (2-0), les joueurs de Linas-Montlhéry auront affiché un visage bien moins entreprenant devant Amiens, dimanche. Le ballon, ils ne l'auront pas beaucoup touché en première période, assez largement dominée par les Picards. Même privé, entre blessures et Covid-19, de treize de son effectif, l'entraîneur Philippe Hinscherberger aura vu ses joueurs se procurer des occasions : une frappe de Benet détournée par Lutumba (6e), une autre d'Akolo au ras de la lucarne gauche adverse (23e) et surtout une nouvelle parade du gardien essonnien qui gagnait son face à face avec Lahme (39e). Plus empruntés, les amateurs de Linas-Montlhéry n'avaient alors jamais vraiment inquiétés Yohann Thuram, excepté quelques toutes frayeurs sur des centres de Bouvil ou de Ngeyitala (39e). Et le début de la seconde période allait être catastrophique pour Linas Montlhéry : Gnahore (48e), Akolo (50e) et Lahne (53e) semblaient avoir mis un terme définitif aux « petits » de réaliser un nouvel exploit, après avoir éliminé Dunkerque (L2, 1-0) et Angers. Mais la Coupe reste la Coupe et la réduction du score de Bouvil (64e) allait à la fois relancer son équipe et donner enfin de la voix à des supporters jusqu'ici bien amorphes. L'attaquant essonnien donnait une autre tournure à la rencontre (70e). Mais c'est Baba Sylla, dans le temps additionnel (90e+2), lui qui avait manqué l'égalisation seul aux six mètres (75e), qui faisait chavirer le stade Desgouillons. L'exploit d'être revenu de si loin ne sera pas payant lors de la séance de tirs au but avec le double raté de Tchabo et Bouvil, étouffant les derniers espoirs. Amiens disputera les 8es de finale.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles