Foot - Coupe - Nantes - Raymond Domenech (Nantes) : « Il faut qu'ils se bousculent »

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

L'entraîneur du FC Nantes, Raymond Domenech, qui espère « casser la dynamique » négative du club mercredi (14h45) contre Lens en Coupe de France, attend une réaction de la part de ses joueurs, mis devant leurs responsabilités. « Dans quel état d'esprit abordez-vous ce match de Coupe de France contre Lens ?
Avec l'envie de provoquer quelque chose, avec les quelques changements qui vont s'opérer. À un moment, il faut casser cette dynamique de passivité (15 matches sans victoires) et trouver quelque chose. On ne peut plus continuer comme ça, ce match sert à ça. On n'a pas la pression du Championnat, même s'il y a une élimination au bout. Mais ce n'est pas le même poids. C'est important de passer ce tour. Ça va permettre aussi aux joueurs qui n'ont pas joué, ou peu joué, d'être vus, comme ils n'ont plus l'occasion de jouer dans les catégories d'en dessous. lire aussi Emond incertain, Fabio et Coulibaly forfait Ce match peut-il permettre de bousculer la hiérarchie ?
Totalement. Il bouscule le confort, la situation. La concurrence doit être partout, tout le temps.

Ce match peut-il être l'occasion par exemple pour Jean-Kévin Augustin de faire son retour à la compétition ?
Ce n'est pas encore le moment. Il arrive, mais il y a d'autres (joueurs) avant. (Anthony) Limbombe est plus prêt que lui pour intégrer le groupe.

Comptez-vous toujours sur lui d'ici la fin de saison ?
Complètement, je l'ai dit. J'avais dit qu'il était à 60-70 % la dernière fois. Il est à 75 % aujourd'hui. Ne ronge-t-il pas trop son frein ? Si. Ça commence à être bien. Quand il commence à revendiquer qu'il se sent prêt, c'est la dernière marche. On avance. Est-ce la passivité de vos joueurs, alors que la situation est critique, qui vous inquiète le plus ?
C'est une forme d'inertie, où tout doucement on ne réagit pas ensemble. On a besoin de casser ça. Christian (Gourcuff) a essayé aussi, maintenant, c'est aux joueurs. À un moment donné, il faut qu'ils se bousculent. Il ne suffit pas d'être dans les 20 pour être contents. « Si vous pensez que je risque d'abandonner, la réponse est claire, c'est non » Ce match est-il aussi important match que celui de dimanche à Angers ?
Oui, complètement. C'est important pour montrer quelque chose. C'est un match avec une qualification, un enjeu. [...] La Coupe de France, c'est autre chose, un événement en soi. lire aussi Positif au Covid-19 ? Raymond Domenech laisse planer le doute Compte tenu de la situation, pensez-vous finir la saison ?
Si vous pensez que je risque d'abandonner, la réponse est claire, c'est non. On est tous conscients de la situation, on sait tous ce qu'il se passe. Il faut rassembler des énergies et travailler dans le même sens jusqu'à la fin de la saison, c'est mon objectif. Le président Waldemar Kita vous a-t-il fixé un ultimatum ?
On ne discute pas de ça, mais de l'équipe, du groupe, de ce qu'on peut faire pour améliorer le groupe. On débat de l'organisation, des joueurs. Il veut savoir comment ça se passe. »