Foot - Coupe - PFC-OL - La presse européenne sidérée par les graves incidents de PFC-OL

·1 min de lecture

Les images des violences du 32e de finale de Coupe de France Paris FC-OL, vendredi soir à Charléty, sont partout dans la presse européenne en ligne. Vidéo des violences de Charléty et rappel des précédents incidents en Championnat à l'appui, le quotidien A Bola n'hésite pas sur son site Internet à écrire que « la France (du football) est une poudrière ». Son confrère portugais Record diffuse également des images de la « soirée de troubles » dans l'enceinte parisienne et rappelle que « le club d'Anthony Lopes (international portugais de l'OL) a été au centre des récents changements apportés aux matches (dont) leur suspension immédiate si un joueur ou un arbitre est blessé par des objets lancés depuis les tribunes ». Titre d'AS, quotidien espagnol, à propos des incidents du match PFC-OL « Encore des images de la honte avec les ultras en France » Et pourtant. En Espagne, Marca s'étonne aussi de la répétition des incidents. « Incroyable ! s'exclame le quotidien le plus lu d'Espagne. Encore un match arrêté en France. Un scandale de plus dans le football Français. » « Encore des images de la honte avec les ultras en France », appuie AS, autre quotidien de Madrid qui a vu - à tort - « un incident avec les ultras des deux équipes » alors que la seule responsabilité des Lyonnais semble engagée à ce stade. lire aussi Le Graët : « Il faut savoir qui sont ces fous » Bild, en Allemagne, insiste également sur ces incidents sans fin dans les stades de football de l'Hexagone et évoque lui aussi un « scandale de plus ». La presse britannique a vu « des scènes choquantes de violence » (Daily Mail) et constate que « la violence continue de frapper le football français » (Guardian).

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles