Foot - Coupe - Le PSG balaie un Monaco bis et se qualifie pour la finale de la Coupe de France

L'Equipe.fr
Face à une équipe de Monaco largement remaniée, le PSG n'a pas fait de détail (5-0) et s'est qualifié pour sa troisième finale de Coupe de France d'affilée.

Face à une équipe de Monaco largement remaniée, le PSG n'a pas fait de détail (5-0) et s'est qualifié pour sa troisième finale de Coupe de France d'affilée.Le match : 5-0Quatre bizuths dans le onze de départ, deux sur le banc, Glik, Bakayoko, Lemar, Falcao ou encore Mbappé restés à Monaco, les choix de Leonardo Jardim ne laissaient que peu de doutes quant à son ambition à Paris, mercredi. Unai Emery, lui, avait décidé de titulariser les meilleurs joueurs à sa disposition. Paris tient d'autant plus à son trophée que la Ligue 1 pourrait lui échapper, et si l'ASM s'est procurée la première occasion franche par Andzouana, à la réception d'un centre travaillé de Cardona (20e), il a fallu moins d'une demi-heure au double tenant du titre pour trouver la faille.Le film du matchLa jeunesse a ses limites, et c'est en tentant de protéger un ballon dans la surface que le novice Mbae s'est laissé surprendre par Cavani, Draxler se chargeant de conclure (26e). Une maladresse que le défenseur de la réserve aurait pu éviter si son gardien, de 21 ans son aîné, avait mieux négocié une frappe a priori anodine de Di Maria. Ainsi lancé, le PSG doubla la mise cinq minutes plus tard par l'inévitable Cavani (31e, du talon), auteur de son huitième but en sept matches face à l'ASM, et continua d'imprimer un rythme élevé, un centre fuyant de Meunier échouant même sur le poteau gauche de De Sanctis (43e).Volontaires mais inoffensifs, les jeunes Monégasques subirent encore davantage au retour des vestiaires, et après sept minutes, Paris avait déjà marqué deux nouveaux buts (Mbae contre son camp à la 50e, Matuidi à la 52e). Jardim sortit alors les deux seuls habitués du onze de départ, Germain et Raggi, pour offrir leurs premières minutes en pro à Dabila et Bongiovanni. Pas le contexte idéal pour débuter, mais le meneur de jeu belge (17 ans) eut au moins le mérite d'oser, sa frappe lointaine (72e) contraignant d'ailleurs Areola à une belle détente sur sa gauche. En toute fin de match, Marquinhos profita avec de la réussite d'un cafouillage dans la défense monégasque pour aggraver le score de près (90e). Anecdotique.Le joueur : Di Maria a mis le feuPasseur décisif sur les buts de Cavani (31e) et Matuidi (52e), l'ailier argentin a rudement mis à mal la défense monégasque. C'est de l'un de ses nombreux centres qu'est venu le troisième but, Mbae trompant son propre gardien en tentant de dégager le ballon sur sa ligne (50e). Et s'il n'est pas directement impliqué sur le premier, c'est en repoussant mal sa frappe que De Sanctis a mis en difficulté le même Mbae. Remplacé par Lucas à la 56e minute.A VOIR : Germain «Une bonne expérience pour les jeunes»A VOIR : Vasilyev «C'était mission impossible»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages