Foot - Coupe - Le PSG maîtrise Lille et rejoint les quarts de finale de la Coupe de France

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Efficace, porté par un doublé de Mbappé et encore protégé par Navas, Paris a bien réagi après Nantes en éliminant le LOSC, le leader de Ligue 1, en Coupe (3-0), ce mercredi. Il devra confirmer contre l'OL dès dimanche, en Championnat. Le match : 3-0 Et d'un sur deux. En dominant Lille, le PSG a entamé, ce mercredi, sa semaine importante par une mission accomplie en Coupe de France, en attendant le déplacement périlleux à Lyon, en Championnat, dimanche soir. Un succès scellé en première période qui permet également aux Parisiens de se relancer et de se rassurer après la soirée cauchemardesque face à Nantes (1-2), il y a trois jours. Mine de rien, ils n'avaient plus gagné depuis le 6 mars (3-0 à Brest, déjà en Coupe), et même depuis le 13 février (2-1 face à Nice, en Championnat) dans leur Parc des Princes. lire aussi Le film de PSG-Lille Certes, ce sommet des huitièmes était un peu biaisé et déclassé par le calendrier, les priorités de chacun et les compositions (au coup d'envoi : le PSG sans Florenzi, Kimpembe, Verratti, Sarabia, Neymar, Mbappé ; Lille sans Fonte, André, Renato, Ikoné, Bamba, David...). Mais le deuxième de la Ligue 1 a quand même battu le premier, ce qui n'est pas rien. Il poursuit son parcours dans une compétition à laquelle il tient et prendra peut-être un petit avantage psychologique dans la course au titre. Cette victoire, Paris la doit - encore - à un Navas impeccable (face à face avec Yilmaz remporté à la 5e et penalty de Yazici repoussé à la 80e), à un cadeau d'un « titi » (voir plus bas), mais aussi à son réalisme. Muet depuis un mois et demi, Icardi, comme il sait faire, était à l'affût pour ouvrir le score (9e). Et Mbappé, qui l'a remplacé précocement (l'Argentin est sorti touché à la cuisse gauche), n'a eu besoin que de cinq minutes pour provoquer (40e) et transformer (41e) le penalty du break. Quand le LOSC n'a pas mis le sien (80e), qui aurait pu emballer la fin de rencontre. Mbappé ne s'est, lui, pas privé de s'offrir un doublé, d'un joli piqué (90e+3).

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

lire aussi Les autres huitièmes Les Lillois devraient vite s'en remettre et pourront désormais se focaliser sur la Ligue 1, leur objectif numéro un, quand le PSG devra donc enchaîner à Lyon dans quatre jours, avant de retrouver... Lille après la trêve. Pour un duel encore plus important.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le joueur : cette fois, Maignan a craqué Alors que son homologue parisien Keylor Navas avait fait preuve d'autorité devant Burak Yilmaz quelques minutes avant (5e), le gardien lillois Mike Maignan a craqué en début de match. Sur un long centre d'Angel Di Maria depuis le côté droit, l'international français (25 ans, une cape) a savonné le ballon, ce qui a permis à Mauro Icardi d'ouvrir le score. À sa décharge, le gardien formé au PSG a été surpris par l'intervention totalement ratée de Tiago Djalo (20 ans) sur le centre de l'Argentin. Cette erreur ne vient pas gâcher son excellente saison, tant il a rapporté des points aux Dogues. Le fait : Di Maria et Marquinhos relancés immédiatement Mauricio Pochettino aurait pu les laisser souffler, il a préféré les aligner, pour qu'ils passent à autre chose. Trois jours après les troubles nés du cambriolage de son appartement lors du match contre Nantes, Angel Di Maria était titulaire ce mercredi au Parc, tout comme Marquinhos, frappé par le braquage du domicile de son père. Les deux joueurs, qui ont bénéficié du soutien des supporters via une banderole, ont livré une partie solide. Ils ont été directement impliqués dans l'ouverture du score. Celle-ci est née d'une longue ouverture de Marquinhos vers Di Maria, dont le centre a profité à Icardi. Marquinhos aurait pu être sanctionné d'une main dans la surface avant la pause, mais au-delà de ce fait de jeu, le capitaine n'a pas semblé perturbé. L'Argentin, de son côté, a été très actif dans le repli et le pressing, même s'il a manqué de créativité.