Foot - Coupe - Reims - Arrêté préfectoral d'interdiction pour les supporters de Bastia à Reims

·2 min de lecture

La préfecture de la Marne a publié ce vendredi un arrêté d'interdiction d'accès au stade Auguste-Delaune et à ses abords pour les supporters bastiais. Il intervient avant le huitième de finale de Coupe de France Reims-Bastia, programmé ce samedi à 18h30. Alors que la jauge limitée à 5 000 personnes est toujours en vigueur, avant la levée partielle des restrictions sanitaires le 2 février, et qu'il n'y aura pas de parcage visiteurs, la préfecture de la Marne a publié ce vendredi un arrêté d'interdiction (daté du 26 janvier) « de circulation, de stationnement et d'accès » des supporters du SC Bastia à l'occasion du huitième de finale de Coupe de France, ce samedi (18h30), entre le Stade de Reims et le club corse de Ligue 2. Cette interdiction, qui court de samedi à 10 heures jusqu'à 23h59, concerne le centre-ville de Reims, les abords du stade Auguste-Delaune et l'enceinte elle-même. Ce match a été classé au niveau 2 sur une échelle de 5 par la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH), ce qui correspond à un « contexte dégradé susceptible de générer des comportements déviants de la part des supporters ». L'affaire Maxime Beux en mémoire Pour justifier cette interdiction, l'autorité préfectorale s'appuie sur les incidents survenus le 13 février 2016, quand « d'importants heurts [avaient] éclaté entre les supporters bastiais et les forces de l'ordre », écrit-elle dans son arrêté. Ce soir-là, un jeune supporter bastiais, Maxime Beux, avait également perdu l'usage de son oeil gauche en marge de ces violents affrontements, après avoir reçu un coup de matraque télescopique d'un policier de la BAC de Reims. Christophe M., qui a toujours nié avoir volontairement voulu blesser le supporter bastiais, a vu tous ses recours rejetés dans cette affaire, devant la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Reims puis devant la Cour de cassation, début octobre. Renvoyé aux assises, il risque jusqu'à 15 ans de réclusion criminelle. La date du procès n'a pas encore été fixée.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles