Foot - D1 (F) - Katarzyna Kiedrzynek a refusé de rejoindre l'Olympique Lyonnais

L'Equipe.fr
L’Equipe

Dans un entretien accordé à « Laczy nas Pilka », un média de son pays, Katarzyna Kiedrzynek, l'ancienne gardienne polonaise du PSG, désormais à Wolfsburg, a révélé qu'elle avait repoussé une offre de l'OL. L'interview est à son image : cash ! Dans un long entretien accordé à Laczy nas Pilka, un média polonais, Katarzyna Kiedrzynek a expliqué pourquoi elle avait quitté le PSG pour Wolfsburg après sept ans en France. « Pour être honnête, je rêvais de titres collectifs plutôt que de récompenses individuelles, a expliqué la gardienne de but de 29 ans. J'espérais que nous gagnerions enfin ce Championnat de France et gagnerions la Ligue des champions. [...] Ces trophées d'équipe me manquent. Et je n'ai réussi à gagner que la Coupe de France (en 2018), que je ne compte toujours pas comme mes succès car je n'ai pas disputé la finale. [...] Plusieurs fois, j'ai vu d'autres clubs profiter des Championnats, soulever des coupes, et je n'ai jamais vraiment vécu ça. J'adorerais en faire l'expérience, car pour l'instant c'est toute ma vie que je suis la deuxième. Les trophées individuels ne peuvent pas adoucir cela. » Katarzyna Kiedrzynek explique pourquoi elle a refusé d'aller à l'OL « J'ai vu mes coéquipières passer du PSG à Lyon et ça m'a toujours dégoûté » Par ailleurs, Kiedrzynek a révélé qu'elle avait été approchée par l'Olympique Lyonnais qui cherche une remplaçante pour Sarah Bouhaddi, qui doit quitter le club à l'issue de son contrat le 30 juin. « J'avais une offre spécifique de Lyon, un entraîneur m'a appelée, a raconté la gardienne. [...] Nous avons discuté assez longtemps, il a dit que j'étais la première gardienne qu'il avait appelée et qu'il aimerait que je vienne jouer là-bas. Bien sûr, c'est très agréable et encourageant pour moi, mais il n'a pas réussi à me convaincre, car je n'ai pas envisagé une telle solution. » Pour elle, ayant joué au PSG, il était inconcevable de rejoindre l'OL comme elle l'a expliqué. « Ce n'est pas seulement du respect pour le PSG et ses supporters, mais après toutes les années où nous nous sommes férocement affrontés, quand il y avait beaucoup d'émotion, des milliers de personnes qui ont donné un spectacle dans les tribunes, je ne pouvais tout simplement pas le faire, s'est-elle justifiée. J'ai vu mes coéquipières passer du PSG à Lyon et ça m'a toujours dégoûté. [...] On dit qu'un footballeur doit penser à sa carrière, mais ce n'est pas mon style. L'Olympique de Lyon est le plus grand rival du PSG et je ne fais pas de telles choses. » Bordeaux, Montpellier, en D1 française, mais aussi Chelsea ont sollicité la gardienne polonaise qui a choisi de rejoindre le Championnat allemand. Katarzyna Kiedrzynek, à propos de Christiane Endler, son ancienne concurrente au PSG « C'est une très bonne gardienne de but, mais elle n'était pas meilleure que moi » Enfin, Katarzyna Kiedrzynek a évoqué la concurrence avec Christiane Endler, la gardienne chilienne du PSG, propulsée numéro 1 cette saison. La portière polonaise a fait part de son amertume. « Lors du dernier match de la saison précédente, "Chris" a reçu un carton rouge et n'a pas pu jouer dans les trois premiers matches de la nouvelle saison, a-t-elle rappelé. [...] J'ai commencé la saison, j'étais en pleine forme. L'entraîneur (Olivier Échouafni) m'a complimentée dans les médias. Et soudain, quand la suspension de Chris est finie, il m'appelle après l'entraînement et me dit qu'il me remercie pour mes sept ans à Paris, mais il a fait un choix. Chris sera le numéro un et je serai le numéro un bis (rires). Il ne m'a fourni aucun argument, car il n'en avait pas. [...] Je pense même que ce n'est peut-être pas sa décision, car quelqu'un du club m'a alors confirmé qu'il s'agissait de marketing. » Selon Kiedrzynek, Endler doit son statut de numéro 1 à la bonne Coupe du monde réalisée en France avec le Chili et notamment sa belle performance contre les États-Unis malgré la défaite (3-0). « C'est une très bonne gardienne de but, mais elle n'était pas meilleure que moi », estime Kiedrzynek.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi