Foot - D1(F) - Lyon - Jean-Luc Vasseur (OL) avant le choc face au PSG : « Rien n'est joué d'avance »

L'Equipe.fr
·4 min de lecture

Si son équipe reste sur deux victoires récentes face au PSG, en finale de la Coupe de France et en Ligue des champions, Jean-Luc Vasseur, l'entraîneur de l'OL, reste prudent deux jours avant le déplacement au Parc des Princes. Jean-Luc Vasseur est ravi de retrouver le PSG. L'entraîneur de l'Olympique Lyonnais est également heureux de retrouver la pelouse du Parc des Princes, lui qui a été formé au sein du club parisien et y a fait ses débuts professionnels. « C'est une célébration du foot, s'est enthousiasmé Vasseur à propos du choc de la 9e journée de D1 qui aura lieu vendredi (21 heures). C'est vraiment une très belle opportunité pour que ce soit une belle fête. » « Êtes-vous favoris de ce match ?
Ce sont toujours des matches âpres, difficiles. La preuve. Les deux derniers matches : une finale de Coupe de France, qu'on a remportée aux tirs au but (0-0, 4-3 t.a.b.), et ce match de Ligue des champions (1-0) que nous avons remporté. Ça reste des matches de haut niveau, cela se joue sur des détails. On a l'habitude, j'ai affaire à des championnes qui savent gérer ce type d'évènements. On ira avec ces valeurs, cet état d'esprit pour jouer au Parc. Est-ce qu'il y a un avantage mental d'avoir remporté les deux dernières confrontations ?
Il y a un avantage mental avec les résultats passés. On reste toujours vigilants. Il y a une forme d'humilité mais aussi une forme de conviction au fond. Mais rien n'est joué d'avance. On le sait. « Je ne les sens pas du tout affectées. J'ai affaire à de grandes professionnelles et elles savent quelles sont les priorités aujourd'hui » Quel poids ce petit avantage mental a-t-il dans la préparation ?
C'est déjà historique, et l'expérience, les filles pourront plus vous en parler. Elles ont l'expérience de ces joutes. Je les découvre, j'ai dû faire trois matches la saison dernière contre le PSG. On les a remportés, soit aux penalties, soit dans le jeu. Cela a toujours été très difficile. En face, on a une belle équipe, avec du talent, de la qualité. Le club met les moyens pour cette équipe. Ce sera, je le souhaite, une belle fête du football. Si on vous avait dit il y a vingt ans que vous alliez coacher l'OL féminin au Parc des Princes, vous y auriez cru ?
Il y a trente ans, je ne savais même pas que j'allais devenir coach, tout simplement (sourire). C'est un grand plaisir de revenir sur ce terrain, important pour moi. On a un super défi à relever avec les filles. À l'issue de ce match, rien ne sera fini. On reste toujours concentrés, c'est peut-être une marque de fabrique. C'est un choc. On remercie le PSG de nous accepter au Parc des Princes. On aurait bien aimé qu'il soit plus plein mais on est très heureux de pouvoir disputer ce match.

Sentez-vous les joueuses affectées ou libérées par ce qui se passe ?
On reste focalisés sur le match de Paris, un match dans lequel on met toutes notre énergie. Le reste, on l'a mis de côté. Je ne les sens pas du tout affectées. J'ai affaire à de grandes professionnelles et elles savent quelles sont les priorités aujourd'hui. Ce match contre Paris. « Les filles vont forcément regarder (la liste de Corinne Diacre) » Le fait que le match soit très médiatisé, en plus des derniers évènements, met-il plus de pression ?
Elles savent prioriser, se dégager d'un maximum de stress, de pression, car celle-ci n'est pas forcément bonne. Wendie (Renard) disait qu'un excès de confiance n'était pas forcément bon. Ce sont des championnes car elles arrivent toujours à trouver un équilibre. Elles l'ont trouvé cette semaine dans la préparation, elles le trouveront vendredi. On aidera à les mettre dans les meilleures conditions. On arrive à dissocier les choses. La liste qui sort ce jeudi n'est-elle pas un événement qui pourrait polluer la préparation ?
Les filles vont forcément regarder. Porter le maillot de l'équipe de France, c'est toujours une fierté pour elles. Ensuite elles replongeront vite dans ce match car c'est vendredi. La sélection, ce sera ce week-end et la semaine prochaine. Comment avez-vous pris la sortie d'Amandine Henry ? Avez-vous été surpris ?
On est focus sur le match du PSG. On va rester sur le match. La priorité, aujourd'hui, c'est ce match-là, on pourra en parler après. Aujourd'hui, c'est la préparation du club pour le match contre le PSG. » lire aussi Dans les coulisses de la Coupe du monde 2019 et des incompréhensions entre les Bleues et Corinne Diacre