Foot - D1 (F) - Melvine Malard (OL) - Sandy Baltimore (PSG) : le duel des pépites

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·4 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Cette saison Melvine Malard (19 ans) et Sandy Baltimore (20 ans) ont brillé avec leur club et fait leurs débuts en sélection. Ce dimanche, elles devraient se croiser lors du choc au sommet de la D1 entre l'OL et le PSG.

Melvine Malard et Sandy Baltimore ont quelques points en commun. Elles sont nées la même année (2000) et sont toutes les deux attaquantes. En 2019, elles ont même remporté ensemble l'Euro avec les Bleuets en Écosse et faisaient partie de l'équipe type de la compétition. Mais, il s'agit aussi de deux jeunes joueuses aux profils distincts et à la trajectoire différente. Pourtant, la Lyonnaise Malard (1m71, 62 kg) et la Parisienne Baltimore (1m56, 62 kg) représentent aussi l'avenir de leurs équipes respectives.

Leur saison : Malard, Baltimore meilleur espoir
La saison passée, Melvine Malard a accepté de quitter son cocon lyonnais pour aller s'aguerrir en région parisienne. Durant quelques mois, Malard a porté les couleurs du FC Fleury. L'expérience a tourné court à cause du Covid, mais le temps passé a véritable permis à la jeune attaquante de progresser et d'évoluer. « Je l'ai redécouverte quand elle est allée à Fleury, nous avait confié Gilles Eyquem, son sélectionneur en équipe de France U19 et U20. Elle jouait ! C'était quelque chose de nouveau pour elle. J'ai senti une joueuse plus sûre d'elle. »

À son retour à l'OL, Jean-Luc Vasseur, son entraîneur d'alors constate également le changement et la fait jouer plus régulièrement. Dès septembre, Corinne Diacre, la sélectionneuse fait aussi appel à elle chez les A avec lesquelles elle dispute son premier match, comme titulaire, contre la Macédoine du Nord (7-0). Encore irrégulière, la Réunionnaise a pourtant brillé en Ligue des champions où elle inscrit 4 buts en six matches, terminant meilleur buteuse du club en Coupe d'Europe.

Sandy Baltimore a crevé l'écran cette saison et même le Covid contracté en mars n'a pas réussi à la freiner. En début de saison, elle ne partait pas forcément pour être titulaire dans l'équipe d'Olivier Échouafni, mais elle a su très vite se rendre indispensable. Placée le plus souvent sur le côté gauche de l'attaque aux côtés de Marie-Antoinette Katoto et Kadidiatou Diani, elle a réalisé une saison de haut vol et a amplement mérité son trophée de meilleure espoir de la D1.

Au niveau statistique, elle a réalisé une saison complète avec notamment 8 buts et10 passes décisives en Championnat et comme Malard, ses performances ont convaincu Corinne Diacre de la convoquer pour la première fois en équipe de France. Elle a honoré sa première sélection en décembre contre le Kazakhstan (12-0), la fêtant par un but, puis elle a célébré sa première titularisation en bleu par une sublime réalisation contre l'Angleterre (3-1) en avril.

Leur profil : Malard la vitesse, Baltimore l'explosivité
Si elles ont des gabarits différents, Melvine Malard et Sandy Baltimore ont aussi des styles différents et plutôt complémentaires comme on a pu le constater quand elles évoluaient ensemble en sélection. Malard, la droitière, est grande, athlétique avec « un profil à la Kadi Diani » selon son entraîneur au FC Fleury, David Fanzel. La Réunionnaise, qui possède une excellente technique, peut évoluer dans l'axe ou sur un côté. « C'est une belle athlète, solide dans les duels avec un bon jeu de tête, nous décrit Gilles Eyquem. Mais elle est encore jeune et manque parfois de vice. Elle pourrait aussi être plus tueuse. Elle est tellement joueuse que, parfois, elle en oublie d'être efficace. »

Baltimore, la gauchère, profite d'un centre de gravité très bas pour donner le tournis à ses adversaires avec ses dribbles. Techniquement très douées, elle possède est aussi plutôt rapide. Il l'a souvent placée sur le côté gauche, mais Échouafni n'a pas hésité à la mettre parfois à droite pour qu'elle rentre sur son bon pied et profite de sa bonne frappe de balle. « Elle est très tonique et techniquement, c'est l'une des meilleures du Championnat, estime l'entraîneur du PSG. En plus d'être une joueuse de couloir, elle est capable de se mettre sur son pied droit, ce qui n'était pas le cas avant. Elle devient encore plus complète. »

Ce qu'en disent leurs entraîneurs
Sonia Bompastor à propos de Melvine Malard : « Melvine est une jeune espoir du club, quand elle avait été prêtée à Fleury, ça lui avait fait un bien fou car elle avait pu jouer en D1. Elle continue à progresser depuis son retour. Elle a une marge de progression devant le but. Elle doit avoir plus l'esprit plus tueur. Mais elle est dynamique sur le terrain et à l'écoute. Elle essaye de répondre à mes attentes sur plan des déplacements. C'est bien de l'avoir dans une équipe. »

Olivier Echouafni à propos de Sandy Baltimore : « Sandy a pris énormément confiance, elle a franchi des étapes importantes et a eu du temps de jeu. Elle a réussi à être performante, elle a un talent incroyable. C'est l'une des joueuses les plus techniques d'Europe. Elle est encore jeune et elle a aussi réussi cette année à aller en équipe de France. C'est une grande fierté de la voir à ce niveau-là. »