Foot - D1(F) - PSG - Olivier Échouafni (PSG) : « Elles vont être récompensées un jour »

L'Equipe.fr
·5 min de lecture

L'entraîneur parisien Olivier Échouafni espère que ses joueuses vont enfin faire chuter l'OL qu'il considère comme « la meilleure équipe du monde ». Le PSG et Lyon vont s'affronter au Parc des Princes vendredi (21 h). « À quel point la victoire 14-0 de la semaine dernière, face à Issy, vous apporte-t-elle de la confiance avant d'aborder ce choc face à l'Olympique Lyonnais ?
Si on s'était fait accrocher, le match face à Lyon aurait été peut-être légèrement différent. (Face à Issy) On a réussi une très bonne entame et derrière, on a pu très bien enchaîner. On a eu beaucoup d'efficacité dans les deux surfaces, surtout dans la surface adverse. Ça nous apporte de la confiance sur le plan offensif. Cela tombe bien que vos attaquantes soient en confiance. Sur les derniers matches face à l'OL, il n'y a peut-être pas eu assez d'allant offensif ?
Face à Lyon, on a moins d'occasions. C'est souvent diviser par deux ou trois. On se doit d'avoir une animation offensive beaucoup plus performante que ce qu'on a pu avoir ces derniers temps face à elles. Même si les scores ont été plutôt serrés, il nous a toujours manqué un peu plus de frappes, de présence dans la surface de réparation. À partir de ces constats, on a essayé de s'améliorer. C'est ce qu'on a fait depuis trois mois. Olivier Echouafni, entraîneur du PSG, après les polémiques en sélection. « J'espère de tout coeur que l'équipe de France retrouvera de la sérénité » Cette semaine a été agitée pour le football féminin et l'équipe de France. Dans quelle mesure cela peut parasiter cette affiche ?
Je ne sais pas vraiment de quoi vous parler, nous n'avons pas vraiment eu de parasite (sourire). On a essayé de préparer au mieux notre match. J'espère de tout coeur que l'équipe de France retrouvera de la sérénité. Elle en manque cruellement. Ça fait mal de voir tout cela. Il faut se concentrer sur les choses importantes, c'est-à-dire le terrain. Il faut que cette équipe de France se qualifie pour l'Euro. Quand cela ne se passe pas bien avec une joueuse, que faites-vous ? Vous la mettez au ban ou vous continuez de la faire jouer ?
Chaque cas est particulier, différent. L'important, quand on est entraîneur, c'est l'intérêt général. On est garant du collectif à l'intérieur duquel il y a des individualités, des personnalités, des ego qui diffèrent. Il faut savoir les aborder, parfois devant tout le groupe, d'autres de façon individuelle. Il y a plusieurs types de management. Il faut essayer de comprendre pourquoi il y a des problématiques et aller chercher des solutions. Olivier Echouafni, entraîneur du PSG, à propos de ses joueuses. « Les filles ont gagné en maturité, c'est essentiel dans ce genre de confrontations » Le match se jouera au Parc des Princes. Est-ce que ça va motiver davantage les joueuses ?
C'est quand même historique ce que nous allons vivre demain (vendredi). C'est une première à domicile, ça n'a jamais été fait en Championnat. Ça l'avait été face au Bayern et Barcelone en Ligue des champions (en 2017). C'est une véritable motivation pour les filles, le groupe. Malheureusement, le stade sera vide. On aurait voulu l'avoir avec nos supporters, ils nous manquent cruellement, on va tout faire pour réaliser un grand match pour eux. Avez-vous fait une préparation mentale avec les joueuses ?
Je pense qu'il ne faut pas trop en faire. Au fur et à mesure qu'on s'approche du match, il faudra avoir beaucoup d'envie et de motivation mais sans trop de pression. Il faut être relâché. Les filles ont gagné en maturité, c'est essentiel dans ce genre de confrontations. Leonardo est-il venu vous rendez visite ? Et si c'est le cas, quel discours a-t-il tenu ?
Il est passé voir le groupe pour pouvoir être présent et essayer d'apporter son soutien. Il ne sera pas là demain (vendredi). Les garçons joueront aussi face à Monaco à la même heure. Il sera obligé d'être du côté de Monaco mais il nous a apporté son soutien sur le dernier entraînement. Olivier Echouafni à propos de l'OL « C'est la meilleure équipe du monde, le leader actuel, les championnes d'Europe en titre. Elles ont un statut de favorites, elles l'assument très bien » Ces dernières années, on a souvent dit que Paris se rapprochait de l'OL. Mais finalement, est-ce possible de gagner contre Lyon ?
Dans le football, le sport de haut niveau, tout est possible. Les séries sont faites pour s'arrêter un jour ou l'autre. Maintenant quand, comment ? On continuera toujours. On fait partie des équipes qui mettent une certaine pression. Les résultats sont très serrés. On est là, on avance. On sait que ce n'est pas facile. C'est la meilleure équipe du monde, le leader actuel, les championnes d'Europe en titre. Elles ont un statut de favorites, elles l'assument très bien. Nous, je vous assure qu'on travaille et on progresse tous les jours avec un staff qui fait un travail remarquable avec les joueuses. Elles vont être récompensées un jour. On fait tout pour que ça passe. Lyon ne s'est pas imposé à Paris depuis 2015 (*). Est-ce un motif d'espoir ?
C'était le 21 février 2015 pour être encore plus précis (4-0 pour l'OL). On est sur une formidable série à domicile en Championnat. On a envie de la poursuivre. La saison dernière, on n'a pas pu jouer le match retour, on était extrêmement déçus. Ça ne va pas être simple, mais je trouve les filles très concernées. On est ambitieux, on a envie de grandir, pour grandir il faut franchir ce cap. » (*) Depuis 2015, le PSG reste sur trois nuls en D1 (0-0, 0-0, 1-1) face à l'OL et une victoire 1-0 en décembre 2016.