Foot - D2 (F) - Clubs pros et syndicats d'entraîneurs et de joueuses regrettent l'arrêt définitif de la D2 féminine cette saison

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Dans un communiqué commun, vendredi, l'AFPF, l'UNECATEF et l'UNFP font part de leur « tristesse et incompréhension » après la décision de la FFF d'arrêter définitivement la D2 féminine cette saison. L'Association pour le Football Féminin Professionnel (AFPF), qui regroupe les clubs pros, le syndicat des entraîneurs (UNECATEF) et celui des joueurs et joueuses (UNFP) ont exprimé vendredi dans un communiqué commun leur « tristesse et incompréhension » après la décision de la FFF, « sans concertation préalable », d'arrêter la Deuxième Division féminine et de décréter une « saison blanche », sans accession ni relégation.

Les signataires soulignent notamment que « le football masculin (poursuit) ses compétitions depuis le mois d'octobre jusqu'à sa 3e division nationale (National) alors que seule la D1 féminine joue ses compétitions ». « Comment (le) justifier ? » Communiqué commun de l'AFPF, de l'UNECATEF et de l'UNFP « Une telle décision marque un réel coup d'arrêt pour le développement du football professionnel féminin » « Nous avions pourtant mis en avant des arguments objectifs en faveur de la continuité du Championnat de D2, puis de sa reprise », regrettent les trois entités, citant en particulier « la mise en place des protocoles sanitaires nécessaires à la préservation de la santé de tous ». Le communiqué souligne aussi que « les clubs ont, durant ces six derniers mois, maintenu l'activité des joueuses (pour être prêts à) reprendre ». lire aussi Saint-Etienne fustige la décision de la FFF « Alors que la programmation de seulement 5 matches aurait suffi à éviter une saison blanche, en permettant de finir la phase aller, dans une période qui pouvait s'étendre de la mi-mai à la fin juin, cette décision apparaît comme injuste, et elle réduit à néant les investissements des clubs, des staffs et des joueuses. » « Une telle décision marque un réel coup d'arrêt pour le développement du football professionnel féminin. Nous le regrettons. »