Foot - Disparition - Henri Émile promet qu'un « bel hommage » sera organisé en mémoire de Michel Hidalgo dès la fin du confinement

L'Equipe.fr
L’Equipe

Henri Émile, qui a été intendant de l'équipe de France de football entre 1984 et 2004, était très proche de Michel Hidalgo, l'ancien sélectionneur des Bleus, décédé ce jeudi. Il promet qu'un hommage lui sera rendu une fois que le confinement sera terminé. Si la date de l'inhumation de Michel Hidalgo n'a pas encore été fixée, il est revanche certain que celle-ci se déroulera dans la plus stricte intimité. En effet, l'épidémie de coronavirus, qui frappe actuellement la France, interdit toute forme de rassemblement, même dans le cadre d'obsèques. Mais une fois que le confinement sera terminé, les joueurs qui ont joué sous les ordres de l'ancien sélectionneur des Bleus (1976-1984), décédé ce jeudi, se retrouveront pour lui rendre hommage, dans le cadre du CIV (Club des internationaux de football). Mort de Michel Hidalgo : les images marquantes de sa carrière La promesse en est faite par Henri Émile, l'ex-intendant des Bleus (1984-2004), qui était très proche d'Hidalgo. « Dans quelque temps, on lui rendra un bel hommage, c'est certain. Peut-être sous la forme d'une messe, ou de retrouvailles au cimetière. Par ailleurs, j'aimerais bien aussi qu'on fasse une émission de télévision, reprenant les moments forts de la carrière de Michel, avec la présence sur le plateau de tous les champions d'Europe de 1984. Comme ça tous les Français pourraient être associés à cet hommage... Mais tout ça est évidemment impossible à mettre en place à court terme ». Par ailleurs, Émile est revenu ce jeudi sur le moment fort vécu par Hidalgo, le 12 février dernier, en compagnie de nombreux anciens internationaux (Marius Trésor, Michel Platini, Maxime Bossis...) lors d'un déjeuner qu'il avait organisé avec le CIV au restaurant le David, à Marseille. « C'était très émouvant, car Michel était venu en ambulance, alors qu'il habitait juste à côté. il avait des absences et perdait la mémoire. Mais à la fin du repas il leur a dit : "Vous étiez des grands joueurs mais ma plus grande fierté c'est d'avoir mené de grands hommes, les hommes que vous êtes." Ce moment de lucidité est arrivé juste avant qu'on ne se sépare tous et c'est cette phrase qui va finalement rester aux gars... »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi