Foot - Disparition - Luis Fernandez à propos de Michel Hidalgo : « C'était un homme de valeurs »

L'Equipe.fr
L’Equipe

L'ancien milieu de terrain Luis Fernandez rend hommage à l'ancien sélectionneur des Bleus Michel Hidalgo, décédé ce jeudi à l'âge de 87 ans. Ce jeudi, Michel Hidalgo, l'ancien sélectionneur de l'équipe de France entre 1976 et 1984, est décédé à Marseille. Luis Fernandez (60 sélections, 6 buts), qui, sous sa direction, avait débuté chez les Bleus en 1982, et remporté l'Euro 1984, a tenu à rendre hommage à son ancien sélectionneur. « C'était un grand monsieur, un rassembleur et un homme de valeurs. Évidemment il était attaché au beau jeu, c'est lui qui avait redonné une âme à l'équipe de France à partir du milieu des années 1970, mais je me souviens surtout aujourd'hui de ses valeurs humaines. Il savait trouver les mots, mettre les gens dans les meilleures dispositions. J'ai pris beaucoup de plaisir en écoutant ses causeries, très calmes. Michel n'avait pas besoin de crier, expliquant simplement ce qu'il attendait de chaque joueur. Quand il m'a demandé de jouer arrière droit face à la Belgique pendant l'Euro 1984, je lui avais répondu : « avec plaisir Michel ». J'étais à ses ordres, fasciné par sa capacité à tempérer les situations, quoiqu'il arrive. Il savait mieux que personne combattre la pression ». L'ancien milieu de terrain, âgé de 60 ans, se souvient également avec émotion de sa dernière rencontre avec Michel Hidalgo : « J'ai eu la chance de le voir une dernière fois, le 12 mars, à Marseille (à l'occasion d'une rencontre organisée par le Club des internationaux de football, où étaient notamment présents Michel Platini, Marius Trésor, Maxime Bossis...). Il nous a reconnus, mais on n'avait malheureusement pas vraiment pu parler avec lui, il était fatigué. C'était un moment exceptionnel que je ne suis pas prêt d'oublier. Merci au bon Dieu de m'avoir mis sur le chemin de Michel Hidalgo... Dans le football, les hommes comme lui sont rares, très rares ».

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi