Foot - Droits télé - Droits télé : la Ligue 2 dénonce le « mépris » de certains clubs de Ligue 1

L'Equipe.fr
L’Equipe

Claude Michy, président de l'UCPF, a dans le viseur les 9 clubs de Ligue 1 qui refusent le déplafonnement des droits télé de la Ligue 2, actuellement limités à 110 millions d'euros par an. Ce mardi, les clubs de Ligue 2 ont vivement dénoncé « le mépris » de leurs homologues de la Ligue 1 sur la question des droits télé, par la voix de Claude Michy, président de l'Union des clubs professionnels de football (UCPF), syndicat de la grande majorité des clubs de Ligue 2. « Le collège de Ligue 1 (réunissant les présidents des 20 clubs de l'élite) a totalement méprisé la Ligue 2 », s'indigne Michy, courroucé par la répartition des droits télé entre l'élite et son antichambre, qui doit être actée ce mercredi à 15 heures lors de l'assemblée générale de la LFP. Droits télé : le partage de l'argent en Ligue 1 validé La L2, à l'unanimité, avait en effet fait une demande de déplafonnement de ses droits télé annuels, actuellement gelés à 110 millions d'euros par an, pour en toucher un pourcentage fixe de 12,4 %, soit 162 millions d'euros annuels dans le cadre de l'alléchant nouveau contrat du cycle 2020-2024 (1,217 milliard d'euros par an, L1 et L2 confondues). Claude Michy « On a 31 clubs sur 40 qui sont d'accord pour une solidarité, une vie commune, pour développer le football de façon juste et équilibrée » Le hic, c'est que, pour être validé, ce déplafonnement requiert l'unanimité de l'assemblée générale. Or, selon Claude Michy, « 11 clubs de L1 ont voté pour le déplafonnement, ce qui signifie qu'on a 31 clubs sur 40 (en comptant les 20 clubs de L2) qui sont d'accord pour une solidarité, une vie commune, pour développer le football de façon juste et équilibrée. » L'AC Ajaccio demande un vote secret lors de l'AG « Un certain nombre de gens y sont totalement opposés car ils ont besoin d'argent pour leur club qui n'est pas très bien géré », peste le président de l'UCPF, concédant que certains dirigeants de Ligue 2, « très irrités et très en colère » ont évoqué un possible boycott de l'AG ce mercredi.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi